bandeau esprit68

Les autres pages accessibles …

Les ressources proposées par Esprit68

- Les films et vidéos recommandés
- Les Liens
- L'Infokiosque
- Les radios

Les productions d’Esprit68

- Les chansons
- Les livres et essais
- Les commentaires, critiques et débats
- Le matériel militant
- Les montages vidéos

Page d'accueil > Les strips d'Esprit68

Dernière mise à jour : 15 septembre 2010.

Sur cette page, vous trouverez :

- L’accès à la saison 1 des strips d’Esprit68

- La présentation des personnages

- Tout ce qu’il faut pour réaliser vos propres strips



La première saison des strips d’Esprit68

A compter de septembre 2009, chaque semaine, les strips d’Esprit68 ont mis en scène les tribulations comiquo-révolutionnaires d’une galerie de singuliers personnages. Un an après leur première parution, vous pouvez retrouver ici la « saison 1 » de ces agitations hebdomadaires en trois cases. La « saison 2 » est en préparation…

Présentation des personnage

Mais qui sont ces drôles de gugusses qui s’agitent dans les strips d’Esprit68 ? Toute ressemblance avec certaines figures historiques de la révolution n’est évidemment pas fortuite ! Pourtant, les acteurs de ces petites tribulations hebdomadaires ont peu à peu pris leur autonomie narrative et se sont forgés leur propre personnalité de papier… On va vous les présenter !

Bakou
Il y a d’abord « oncle » Bakou dont le nom et la carrure évoquent immanquablement un certain Bakounine. Mais ce Bakou là apparaît parfois un peu timide et naïf, même si les autres personnages – surtout Nestor et Buena – lui reconnaissent une certaine autorité en lui servant ce qualificatif d’ « oncle » quelque peu improbable. On devine que Bakou en pince pour Louise, sans oser toutefois le lui avouer, du moins dans les premiers strips…

BakounineMikhaïl Aleksandrovitch Bakounine, 1814-1876, révolutionnaire et théoricien de l'anarchisme. On retiendra sa rivalités avec Marx lors de la constitution de la Première Internationale, de même que ses lucides anticipations de toutes les dérives autoritaires et de toutes les impostures scientistes. Bakounine était un athée farouche et un partisan de la science, mais il avait deviné que confisqué par les scientifiques, le pouvoir demeurerait toujours aussi nocif. Vous trouverez ici un blog consacré à la vie et à l'oeuvre de Bakounine...

Louise Oh, elle ressemble beaucoup à cette autre Louise, mais est-ce vraiment elle ? Dans les premiers strips, elle exerce, elle aussi, le métier d’institutrice et fait la leçon à Guy, Buena, Nestor et Léon. Plus directe que Bakou, elle semble plus volontaire, plus « pessimiste » aussi peut-être…

MichelLouise Michel, 1830-1905, révolutionnaire, communarde et anarchiste française. Enseignante, figure marquante de la Commune de Paris, Louise Michel fut déportée en Nouvelle Calédonie après la répression versaillaise. Ce fut durant cette exode qu'elle se rallia à l'anarchie tout en soutenant les révoltes des autochtones kanaks. De retour en France en 1880, elle adopta le drapeau noir et contribua à le populariser comme symbole du mouvement anarchiste (vous pouvez lire cette histoire ici). En 1871 Victor Hugo, lui a dédié le poème Viro Major.

Nestor

Nestor, c’est le copain de Buena. Sa vie aventureuse lui a permis de parfaire des talents de cavaliers qu’il emploie encore dans un petit cirque itinérant. Mais Nestor répugne finalement à se donner en spectacle et ne s’est jamais produit ailleurs que devant un public d’initié.

MakhnoNestor Ivanovitch Makhno 1889-1934, héros de la révolution anarchiste ukrainienne. En 1917, suivant son exemple, les paysans et les ouvriers s'organisent en soviets sur la base de l'autogestion. La révolution ukrainienne s'oppose en quelque sorte au centralisme étatique russe imposé par les bolchéviques. Ces derniers la considèreront avec la plus grande méfiance. Dès 1918, Lénine achète la paix en cédant l'Ukraine à l'empire austo-allemand. Nestor Makhno crée alors la « Makhnovchtchina », l'armée de révolte contre l'occupant, qui choisit pour emblème le drapeau noir de l'anarchie. Après avoir chassé les allemands, la Makhnovchtchina doit combattre l'armée blanche contre-révolutionnaire du général Dénikine. Le pouvoir de Moscou utilise les anarchistes ukrainiens pour combattre ses propres ennemis. Mais bientôt, l'armée rouge se retourne contre la Makhnovchtchina qui est finalement défaite. Blessé, Nestor Makhno s'exile en Roumanie puis en Pologne. Il trouvera finalement refuge en France et finira ses jours à Paris.
Pour une première approche du personnage, vous pouvez lire Makhno L'indomptable, un court mais bon article sur AgoraVox. A voir aussi The Nestor Makhno Archive, un site très complet dédié à l'anarchiste ukrainien et enfin ce film à visionner sur la vie de Nestor Makhno.

Buena



Buena est direct, simple et pragmatique. Il est très proche de Nestor et se réfère toujours au avis de Louise et de Bakou. Il ne manque pas une occasion de remettre Léon à sa place.

DurrutiBuenaventura Durruti, 1896-1936, principale figure de l'anarchisme espagnol, et héros de la guerre civile. Mortellement touché alors qu'il répondait à une attaque franquiste, les circonstances de sa mort n'ont jamais été élucidées. Les communistes ont été accusés d'avoir ordonné son élimination. Quelque soit la vérité au sujet de la mort de Durruti, la guerre d'Epagne a été le théâtre de déchirements tragiques entre anarchistes et communistes. Cette lutte fratricide a sans doute contribuée à la victoire du fascisme. Qu'en aurait-il été si les républicains l'avaient emporté et si dans la ferveur de la victoire la révolution libertaire de Catalogne s'était étendue à l'Espagne tout entière, puis à la France du Front Populaire, puis à l'Europe et au monde ? Mais les soi-disants communistes, alors inféodé au pouvoir stalinien, pouvaient-ils se permettre de laisser la véritable révolution se propager ?

Léon

Léon n’a pas de chance, c’est un peu la tête de turc de la bande, tête qui d’ailleurs attire parois les piolets ! Mais il faut reconnaître qu’il est souvent ronchon, jaloux et qu’il aime par-dessus tout tirer la couverture à lui…

MakhnoLéon Trotski (Lev Davidovitch Bronstein), 1879-1940, révolutionnaire et homme politique russe. Je n’ai pas l’intention (ni le courage) de me lancer dans une biographie détaillée de Léon Trotski ! Vous trouverez sur Internet des renseignements bien plus fiables et complets que ceux que je peux vous apporter. Révolutionnaire de profession, déporté en Sibérie dès 1900, commandant en chef de l’armée rouge après la révolution d’octobre, Trotski se débarrasse des anarchistes russes et réprime la révolte de Kronstadt, tout en demeurant partisan de la révolution permanente et mondiale. A la mort de Lénine, il s’oppose à la bureaucratisation du régime incarnée par Staline. Exclu du parti, il est finalement déporté au Kazakhstan en 1927. Il connaîtra par la suite une vie d’errances qui le mènera en Turquie, en Norvège, en France, et finalement au Mexique où il finira assassiné par un agent stalinien. Mais avant de mourir, Trotski aura pu jeter les bases de la 4ième internationale…

Guy

S’il entretient de bons rapports avec ses camarades, sauf avec Léon qui lui voue une tenace inimité, Guy semble plus solitaire que Buena ou Nestor et se tient plus volontiers à l’écart de la bande. Il ne manque pas d’à propos, mais devient parfois raisonneur et ne peut s’empêcher de faire la morale …

DebordGuy Debord , (1931-1994), écrivain et cinéaste français. Il est l'un des membre fondateur de l’Internationale Situationniste en 1957, dans laquelle s’était intégrée l’ancienne internationale lettriste créée en 1952. Organisation révolutionnaire anti-capitaliste mais également anti-stalinienne – bien que fermement communiste – l’Internationale Situationniste constitue également un dépassement des avant-gardes artistiques (dadaïsme, surréalisme, lettrisme…) dans le projet révolutionnaire. C'est également une revue dont les 12 numéros parus de juin 1958 à septembre 1969, peuvent être lus par exemple ici. En 1967 Debord publie La Société du Spectacle, l’année même où Raoul Vaneigem fait paraître son Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations. Les thèses et les slogans « situationnistes » vont se propager à l’occasion de la révolution avortée de mai 1968 : l’appel à « jouir sans entrave », le refus du travail (« Ne travaillez jamais ! », écrivait déjà Debord en 1952 sur les murs de Paris), tout le pouvoir réclamé pour les Conseils Ouvriers, et surtout la dénonciation de la « Société du Spectacle », forme ultime de l’aliénation capitaliste qui implique que la vie est de moins en moins vécue, qu’elle est toujours davantage « représentée », dans des rapports sociaux qui deviennent des marchandises. Les situationnistes, joueront eux-mêmes un grand rôle dans « les évènements de mai » à travers le Comité Enragés-Situationnistes et le Conseil pour le Maintien des Occupations. Debord se montrera intransigeant pour préserver la théorie et la pratique révolutionnaire de l’Internationale Situationniste. Il prononcera à cet effet de nombreuses exclusions, dont celle de Raoul Vaneigem en 1970. Finalement, en 1972, Debord procédera à la dissolution de l’internationale Situationniste pour interdire toute tentative de récupération de ses idées et de son action. Par la suite, Debord continuera de se consacrer au cinéma, en illustrant certains de ses anciens textes, comme La Société du Spectacle en 1973, ou en en mettant en scène de nouveau, par exemple In girum imus nocte et consumimur igni, en 1978. La plupart de ses films peuvent être vus ici sur Esprit68.

Réalisez vos propres stips d’Esprit68 !

Si vous souhaitez réaliser vos propre strips, vous pouvez télécharger ici les paper-toys des différents personnages :

Bakou, Louise, Nestor, Buena, Léon et Guy

Vous pouvez aussi télécharger « le jeu de l’oie sauvage et révolutionnaire », présenté dans l’ancienne version du site et qui constitue l’élément de décor principal des premiers strips.

Une petite vidéo vous indique comment vous débrouiller :

Fais ta révolution avec Esprit68 !

Les contenus d’Esprit68, textes et images, sont utilisables par tous. Recopiez les, diffusez-les, transformez-les si vous le souhaitez… Nous vous demandons simplement de ne pas en faire d’utilisation commerciale sans autorisation.