bandeau esprit68

Les autres pages accessibles …

Les ressources proposées par Esprit68

- Les films et vidéos recommandés
- Les lectures
- Les Liens
- L'Infokiosque
- Les radios

Les productions d’Esprit68

- Les livres et essais
- Les commentaires, critiques et débats
- Le matériel militant
- Les montages vidéos
- Les strips

Page d'accueil > Chansons

Dernière mise à jour : 6 mai 2016.

Cette page des chansons d’Esprit68 se veut participative. Elle vous propose des textes dont vous pourrez vous emparer si vous êtes musicien. Pour chaque chanson, après une courte introduction, les paroles sont fournies et, sur un fichier mp3, une version « a cappella » est chantonnée, généralement par Lucrèce, pour indiquer une mélodie ou un type d’interprétation possible.
Ces diverses chansons peuvent fournir la matière de différents « albums » :

- Les nouveaux titres d’esprit68 composés de 2010 à 2014.

- Le premier album d’esprit68 qui regroupe l’instant 15 titres militants et/ou subversifs, composés de 2008 à 2010.

- Le cd 2 titres « Pour en finir avec le football », réalisé à l’occasion de la coupe du monde de football 2010,

- L’album de Lucrèce qui regroupe pour l’instant 6 chansons, moins directement « militantes ».

Pour chacun de les trois derniers « albums », un livret a été constitué et un document sonore mp3 regroupe et fait précéder d’un commentaire explicatif les versions a cappella chantées par Lucrèce.
De même, pour les « nouveaux titres », vous trouverez les textes en pdf, des versions a capella et quelques indications /explications.
Si donc l’une de nos chansons vous inspire, n’hésitez pas ! A vos guitares, claviers, contrebasses, violons, clarinettes, guimbardes et gazous. Si vous le souhaitez, tenez-nous au courant en écrivant ici

Enfin, vous trouverez également 2 dossiers sur cette page, l'un qui évoque les chants de la révolutions mondiale en cours, et l'autre consacré aux vieilles chansons de lutte anglaises.

Les nouveaux titres d'Esprit68 (2010-2016)

- Tombé pour la fRance,
- Le Noël des Zadistes,
- Vive le Général Ludd,
- A bas pétrole et béton,
- Le chant des maraîchers,
- La chanson du Pot’Col’Le,
- Allez-hop !,
- Un bon flic,
- Sarkozy, dégage,
- Nucléaire, dégage,
- La jeunesse à l'assaut du vieux monde

Tombé pour la fRance

Il y a déjà quelques mois, fin août 2015, Etienne Daho, en plus de bouder le concert de rentrée de son pote Rebsamen, le maire de Dijon, nous avait fait l'amitié de réécrire son titre « Tombé pour la France », en soutien au squat féministe la Cyprine et au Quartier libre des Lentillères. Il nous permet aujourd'hui de publier son texte :

Merci Étienne, pour ton soutien aux éléphants d'afrique et à la cyprine
Tombé pour la fRance
Aux Lentillères sous la lune,
Sans droit sans titre et sans thune,
On fera pousser des petits pois,
Des tomates, mûres de préférences,
Les pourries on les balance
Sur les flics, cela va de soi !
Écoute bien...

La Cyprine, les autres maisons du quartier
Risquent de se faire expulser,
Be Bop, ça nous va carrément pas !
Rejoins-nous, c'est vraiment pas triste,
Sur toute la friche on résiste,
Et on va avoir besoin de toi,
Tu sais bien...

Dum di da, ça te plait bien, mais n'oublie pas
Qu'ils veulent raser ces maisons là... Haaaaaa !
Ils manigancent leurs murs de béton,
ces murs de béton que t'aimes pas... Haaaaaa !
Si tu r'viens n'attend pas que sur nous les pell'teuses s'avancent.

Be bop, pieds nus sous la lune,
Sans droit sans titre et sans thune,
On produit la bouffe, on répare les toits.
Au jardin potager en lutte, Viens faire un tour cinq minutes,
Et tu n'en reviendras pas !
Ce s'ra bien ...

Dum di da, ça te plait bien, mais n'oublie pas
Qu'ils veulent détruire ce jardin là... Haaaaaa !
Ils manigancent leurs murs de béton,
ces murs de béton que t'aimes pas... Haaaaaa !
Si tu r'viens n'attend pas que l'on soit tombé pour la fRance.

Ici les paroles en PDF.



Le Noël des Zadistes

Un petit chant de noël, en soutien à tous les camarades zadistes... Tenez bon ! A chanter évidemment sur l'air de Vive le vent, qui est l'air de Jingle bells, et inspiré par un jeu de mot très en vogue sur le Jura Libertaire...

Quelque part en Bourgogne une petite ZAd résiste
Le Noël des Zadistes
(ou "Vive le van, vive le van, vive le vandalisme !)
A notre Dame des Landes
Un petit squat résist’
Tenu par les Zadistes
Qui vaillamment se défendent.
Et nous partout en France
Nous ne serons pas sages,
Pour que Vinci dégage
Nous f’rons la guer' à outrance.

Vive le van, vive le van,
Vive le vandalisme !
On retourne les permanen-
-ces du parti socialiste !
Hey ! Vive le van, vive le van,
Vive le vandalisme !
De Marseille jusqu’à Nan-
Tes chaq’ jour un nouveau kyste !

Joyeux, joyeux merdier,
Dans le pays
Quand les barricadiers
Occupent les mairies.
Hey ! Vive, le van, vive le van
Vive le vandalisme !
Le bocage est à défen-
Dre pas le capitalisme !

Un million de cabanes,
Cent mille potagers,
Partout sont érigés
Pour la forêt de Rohanne.
La voilà moribonde
L’horreur capitaliste !
Arrivent en bout de piste
L’aéroport et son monde.

Vive le van, vive le van,
Vive le vandalisme !
Puisque la ZAD est partout
Nous som' tous des zadistes !
Hey ! Vive le van, vive le van,
Vive le vandalisme !
Contr' le pouvoir et l’argent
Nous som' tous terroristes !

Ici les paroles en PDF.



Vive le Général Ludd

Le général Ludd ! Le général Ludd aussi...

Quand le progrès devient barbarie et offre de nouveaux moyens à la surexploitation de l'humain et de la nature, alors il est tant de faire appel à un héros invincible... Un héros présent en chacun de nous ! A chanter sur l'air de The triumph of the général Ludd que nous avions déjà évoqué .

Vive le Général Ludd ! (d'après The triumph of général Ludd)

Tu te souviens sans doute du vieux Robin-des-bois,
Le héros des pauvres désigné !
Aujourd’hui les puissants triomphent et font leur loi,
Le sheriff et les riches ont gagné !

Mais un autre héros nous revient d’autrefois.
Pour la liberté il s’est armé.
C’est le général Ludd qui ranimera la foi
Dans le cœur de tous les opprimés.

Le monde du profit, l’industrie et l’emploi,
Transforment les humains en machines !
Ainsi les dominants plient toute chose à leur loi,
Et ils te font courber l’échine !

Les lumières de la science éclairent Hiroshima.
Le progrès devenu barbarie,
De la guerre de 14 jusqu’à Fukushima
Planifie ses modernes boucheries.

Pour les riches la technique est un cheval de Troie
Qui infecte le cœur de la vie,
Qui corrompt et détruit le monde qu’ils s’octroient
Pour réduire ton autonomie.

Codes barres et circuits au plus profond de toi,
Te transforment en un robot docile.
Ton portable ou tes puces te fliquent où que tu sois,
Quant tu chattes comme un imbécile.

Si tu jettes ton smart phones, s’il te plait que ce soit
D'un lance-pierre pointé sur les flics !
Que la télévision que tu jettes du toit
Ecrase aussi la cybernétique !

Nous avons choisi Ludd pour partir au combat,
C’est le seul qui ne trahira pas,
Qui ne mourra jamais, car il n’existe pas,
En dehors du cœur de ses soldats ! (bis)
Démarre le lecteur pour écouter Vive le général Ludd !.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Ici les paroles en PDF.



A bas pétrole et béton, d'après La blanche hermine

Contre l'aéroport et son monde !

Ce titre est une adaptation de la chanson de Gilles Servat, La blanche hermine, reprise notamment par le sympathique groupe de punk Breton, Les ramoneurs de menhirs.
Vous pouvez écouter les deux versions ci-dessous :

Démarre le lecteur pour écouter La blanche hermine par Gilles Servat.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !


Démarre le lecteur pour écouter La blanche hermine par les ramoneurs.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

La nouvelle version proposée est évidemment inspirée par la lutte contre l'aéroport de Note-Dame-des-Landes et par les autres luttes contre le nécro-capitalisme en Bretagne et ailleurs. De Plogoff au Larzac, de Notre-Dame-des-Landes au Val de Suze, c'est un même esprit de résistance contre ces profits qui anéantissent la vie.
Voici donc la proposition de nouveaux couplets.

A bas pétrole et béton (d'après La blanche hermine de Gilles Servat)

J'ai rencontré ce matin,
Sur la route de Grandchamps,
Une troupe de marins,
D'ouvriers de paysans :

« Où allez-vous camarades
Avec vos fusils chargés ? »
« Nous montons des embuscades,
Viens rejoindre notre armée ! »

Refrain :
La voilà la Blanche Hermine,
Vive la mouette et l'ajonc !
La voilà la Blanche Hermine,
A bas pétrole et béton !

Ils disent « Nous partons de Nantes
Pour rejoindre les renforts,
Qui à Notre-Dame-des-Landes
Combattent l'aéroport. »

Je leur dis que c'est folie
D'affronter l'ordre marchand,
Ils me disent que c'est folie
D'attendre encore plus longtemps.

Refrain

Pour augmenter leurs profits,
Ils voudraient tout bétonner,
Emprisonner toute vie
Et abolir le verger.

Leurs ordures, leurs marées noires
Déjà nous ont envahis,
Nous combattons les pouvoirs
Qui flétrissent le pays.

Refrain

Leurs déchets dans l'atmosphère
Nous étouffent lentement,
Leur industrie mortifère
Nous condamne sûrement.

Le cancer nucléaire,
Pendant cent mille et mille ans
Empoisonnera la terre
Et condamnera nos enfants.

Refrain

Un troupeau de bêtes à cornes
A fait fuir les policiers ;
Pour des condés qu'on encorne
Aux vaches nous sommes associés.

Nous entrons en résistance,
Nous lutterons pour la terre ;
Elles valent mieux nos existences
Que leur folie suicidaire !

Refrain

Car de Plogoff au Larzac
Et du Val de Suze à Nantes,
Se lèvent les contre-attaques
A la folie dominante.

Alors ils m'ont convaincu,
J'ai pris mon fusil chargé ;
Je suis parti de ma rue,
Pour rejoindre leur armée !

Refrain

... Et la tentatitve a capella de Lucrèce :

Démarre le lecteur pour écouter A bas pétrole et béton.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

... Et pour celleux qui voudraient les paroles en PDF.



Le chant des maraîchers

Les bêcheux, cernés sur leur colline!

Les vieilles chansons de luttes anglaises sont toujours, hélas, d'une brûlante actualité. Le problème de l'accès à la terre, à l'échelle de la planète toute entière, continue notamment de révéler toutes les injustices et tous les ravages de l'ordre marchand. Pour bien le confirmer, et l'illustrer plus localement, nous avons tenté une adaptation rimée de la chanson des bécheux. L'histoire récente du Pot'Col'Le à Dijon a pu guider cette adaptation, mais finalement, c'est dans d'innombrable lieux en France, en Europe ou dans le monde que de nouveaux « bêcheux » ou de nouveau maraîchers sont appelés à se lever.

Le chant des maraîchers (d'après Diggers' song)
Vous tous les maraîchers, tenez bon, tenez bon,
Vous tous les maraîchers, tenez bon,
Quand vous revendiquez, la terre à défricher,
Les flics sont embusqués, ils se sont rapprochés,
Maraîchers, tenez bon !


De pelles et fourches armés, tenez bon, tenez bon,
Vous avez défilé, tenez bon,
Vous avez défilé, pour votre potager,
La foule rassemblée vous a encouragé,
Maraîchers, tenez bon !


Ils détruisent vos maisons, tenez bon, tenez bon,
Ils détruisent vos maisons tenez bon,
Ils détruisent les maisons, laissées à l'abandon
Menacent de prison, plutôt que d'en faire don,
Maraîchers, tenez bon !


Le maire s'est réveillé, tenez bon, tenez bon !
Il veut tout planifier tenez bon !
Pour les riches blasés, faire des éco-quartiers,
Les pauvres sont chassés, à qui donc se fier ?
Maraîchers, tenez bon !

Les promoteurs arrivent, tenez bon, tenez bon !
Les promoteurs arrivent, tenez bon !
Ils gagnent leur pognon, en coulant leur béton
Ils volent même votre nom, pour parquer les moutons,
Maraîchers, tenez bon !


Le profit est leur loi, tenez bon, tenez bon !
Le profit est leur loi, tenez bon !
Le profit est leur loi, le partage hors la loi,
Tout l'argent qu'ils emploient, la misère déploie.
Maraîchers, tenez bon !


Ils accaparent les terres tenez bon, tenez bon !
Ils vendent l'eau et l'air, tenez bon !
De scrupules privés, avec rapacité,
Aux compagnies privées, ils bradent la cité,
Maraîchers tenez bon !


Reprendre en main sa vie, tenez bon, tenez bon !
Cela commence ici, tenez bon !
Et sans propriétaire, ressusciter la terre,
Pour l'aimer toute entière, d'un amour libertaire,
Maraîcher gloire à vous !

Avec cette petite tentative a Capella...

Démarre le lecteur pour écouter Le chant des maraîchers.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

... Et le petit PDF qui va bien.



La chanson du Pot'Col'le

Le Pot'col'le comme on l'appelle... Le Quartier libre des lentillères

Petite chanson sur le Pot'Col'le ou « Potager collectif des lentillères » à Dijon qui a fêté son premier anniversaire fin mars 2011.

La chanson du Pot'Col'le (d'après La chanson du CMDO)
Le Pot’Col’Le comme on l’appelle
C’est ce fameux potager,
Qu’armé-e-s de fourches et de pelles
Des ami-e-s ont défrichés.

Des navets par centaines,
Des carottes par milliers,
Des navets, des carottes, par centaines et par milliers !

Pour résister à l’appel
Morne du supermarché
Tous ces citadins rebelles,
Se sont mis à jardiner !

Des poireaux par centaines,
Des patates par milliers,
Des poireaux, des patates… et des cucurbitacées !


Mais gêné par la rengaine
De ces empêcheurs de bétonner
Le maire François Rebsamen
A voulu les expulser.

Des courgettes par centaines,
Des tomates par milliers,
Des courgettes, des tomates, par centaines et par milliers !

Sous l’assaut des tractopelles
« La Villa » a succombé,
Mais le potager rebelle
Continue à résister !

Voilà un an qu’il appelle
Le quartier à bien manger
En remplissant ses gamelles
De légumes à partager !

Des salades par centaines,
Des radis par milliers,
Des salades, des radis, par centaines et par milliers !

La révolution, la Belle,
Agite le potager,
Elle pousse ses radicelles,
C’est l’affaire des jardiniers !

Des panais par centaines,
Des oignons, par milliers,
Des panais, des oignons, par centaines et par milliers !

Facultatifs :
Le vieux monde se craquelle
D’à peu près tous les cotés,
Quand le nouveau se révèle
Sous les coups des jardiniers !

Des topis, par centaines
Des nambours, par millires,
Des topis, des nambours, par centaines et par milliers !
Démarre le lecteur pour écouter La chanson du Pot'Col'le.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !


Allez-hop !

ouille !

Dans l'offensive réactionnaire en cours, on constate à quel point les différentes formes de dominations - spectaculaire/marchande, patriarcale, obscurantiste, nationaliste, impérialiste et raciste - se renforcent et s'entretiennent pour empêcher toutes tentative d'émancipation véritable.
L'hystérie masculiniste actuelle nous rappelle que capitaliste et patriarcat sont historiquement liés. Comme l'a montré Silvia Federici dans son livre Caliban et la sorcière, en plus du commerce des esclaves, de l'accumulation primitive permise par le mouvement des enclosures et le colonialisme, le capitalisme naissant s'est imposé en détruisant les pouvoirs et les savoirs des femmes sur leurs propres corps, par ce que l'on a appelé « la chasse aux sorcières » qui culmine aux XVIe et XVIIe siècles.
Les imprécations contre la « féminisation de la société », les attaques contre le droit à l'avortement, la peur hystérique de la confusion des genres, les harangues homophobes, émanent de cette même coalition hétéroclite qui veut, par le fascisme, sauver l'essentiel de la domination et poursuivre la surexploitation de la nature, des hommes et du ventre des femmes.
Ce n'est pas non plus un hasard si les écourantes pitreries de Dieudonné évoquent le virilisme et l'obsession anale (matraque et huile de ricin) des chemises noires italiennes, des « squadristi » fascistes de Mussolini. S'ils sont tant obsédés par le fist-fusking, qu'ils se quenellisent eux-mêmes et qu'ils nous foutent la paix, en partant loin, très loin dans l'espace ou sous la terre. Pour ceux d'entre eux qui voudraient malgré tout rester parmi nous, il y a du boulot... pour réparer leurs fautes ! C'est le sens de cette petite chanson.

Allez-hop !
Pour enfin sauver la planète
Le grand ordinateur
Trouve la solution parfaite :
Mettre tous les mecs à mort.
L'idée parait un peu brutale,
On épargne quelques gars,
S’ils travaillent comme des malades
Pour réparer leurs dégâts.

Allez Hop ! Au boulot salops !
Allez Hop ! Allez Hop !
Allez Hop ! Au boulot salops !
Allez Hop ! Allez Hop !

Un gang de masculinistes
Au diable s’en est allé.
Ils triment, affamés et nudistes,
Leur peau au feu vient se hâler.
De fières anarcho-féministes,
Leurs gardiennes attitrées,
Fouettent fort tous ceux qui résistent
Et crient à ces frustrés :

Allez Hop ! Au boulot salops !
Allez Hop ! Allez Hop !
Allez Hop ! Au boulot salops !
Allez Hop ! Allez Hop !

Fauteurs de guerres et de massacres,
Porteurs de tous les maux,
Les hommes organisent leur sacre
En accrochant des couilles aux mots.
On voit jusque dans la grammaire
Le mâle qui opprime !
Purgez votre vocabulaire
Des traces de ses crimes !

Allez Hop ! Au boulot salops !
Allez Hop ! Allez Hop !
Allez Hop ! Au boulot salops !
Allez Hop ! Allez Hop !

Des siècles d’insultes sexistes,
ne peuvent s’effacer.
Contre l’oppression viriliste
L'injure doit se retourner.
Vous ne pouvez plus l'oublier
La honte est masculine !
Machos et maitres quenelliers
Rompez vos pauvres pines !

Allez Hop ! Au boulot salops !
Allez Hop ! Allez Hop !
Allez Hop ! Au boulot salops !
Allez Hop ! Allez Hop !

Démarre le lecteur pour écouter Allez-Hop.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Ici les paroles en PDF.



Un bon flic...

Un bon flic...

... Chanson minute un peu facile et sans prétention !

Un bon flic

Je consolais un vieux copain
Qui avait tué un roussin,
Mon vieux n’ait donc pas de remords
Car un bon flic est un flic mort ! (bis)

J’ai des amis végétariens,
Qui ne mangeraient pas de chien,
Mais moi non plus j’n’aime pas les porcs,
Car un bon flic est un flic mort ! (bis)

A la manif, ce matin,
On chantait « Flics, porcs, assassins ! »
Et personne ne nous donnait tort,
Car un bon flic est un flic mort ! (bis)

Vous qui reprenez ce refrain,
Ne faites donc pas les malins,
Il y a un flic en nous qui dort,
Et ce flic là, il faut qu’il meure ! (bis)

Démarre le lecteur pour écouter Un bon flic.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Ici les paroles en PDF.



Sarkozy Dégage !

Petite chanson pour coller à l’actualité du mois de février 2011… A ce propos, comme je fredonnais cette chanson à un copain, il me dit : « Dégage, dégage… C’est bien beau, mais on met qui à la place ? » Alors je lui réponds : « Ben peut-être que c’est l’occasion de nous gouverner nous-mêmes ». Alors il me réplique quelque chose dans le genre « Mais tu sais, étant donné que la nature humaine est ce qu’elle est, c’est pas raisonnable de laisser les gens se gouverner tout seul. » Alors je lui réponds : « Si tu penses que la nature humaine est si moche, alors tu dois admettre que c’est encore plus dangereux de laisser les gens être gouvernés par quelques-uns ».

Un bon exemple à suivre, je crois, est celui de la révolution islandaise, à laquelle on devrait plus souvent se référer.

Bon, pour les paroles, on peut rajouter tous les couplets qu'on veut, en taclant au passage les patrons, les militaires, les curés, les policiers, les dirigeants syndicaux, les intellectuels, les pseudo-experts, enfin qui vous voulez...

Sarkozy Dégage

Ben Ali, on n’en veut pas,
Moubarak, on n’en veut pas,
Kadhafi, on n’en veut pas,
Sarkozy dégage !

Ségolène, on n’en veut pas,
Le Strauss Kahn, on n’en veut pas,
Et Aubry, on n’en veut pas,
Sarkozy dégage !

La Le Pen, on n’en veut pas,
De Villiers, on n’en veut pas,
Et Gollnisch, on n’en veut pas,
Sarkozy dégage !

De Villepin, on n’en veut pas,
Et Borloo, on n’en veut pas,
Le Bayrou, on n’en veut pas,
Sarkozy dégage !

Besancenot, on n’en veut pas,
Mélenchon, on n’en veut pas,
Et Arlette, elle est plus là,
Sarkozy dégage !

Obama, on n’en veut pas,
Et Poutine, on n’en veut pas,
Hu Jintao, on n’en veut pas,
Sarkozy dégage !

Facultatif :
Les gouvernants, on n’en veut pas,
C’est au peuple d’être roi,
Et de faire ses propres lois,
Sarkozy dégage !
Démarre le lecteur pour écouter Sarkozy dégage !.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Nucléaire Dégage !

Justement, en mars 2011, suite à l'accident nucléaire de Fukushima, une autre version de cette chanson, intitulée « Nucléaire dégage ! » a été composée. On peut en lire le texte ici.

Nucléaire dégage !

Tchernobyl on n’en veut pas,
Fukushima on n’en veut pas,
Syndrome Chinois on n’en veut pas,
Nucléaire dégage !

Hiroshima on n’en veut pas,
Nagasaki on n’en veut pas,
Fin du monde on n’en veut pas,
Nucléaire dégage !

La Tepco on n’en veut pas,
Areva on n’en veut pas,
EPR on n’en veut pas,
Nucléaire dégage !

Tricastin on n’en veut pas,
Flamanville on n’en veut pas,
Fessenheim on n’en veut pas,
Nucléaire dégage !

Cadarache on n’en veut pas,
Et La Hague on n’en veut pas,
Et Valduc on n’en veut pas,
Nucléaire dégage !

Uranium on n’en veut pas,
Plutonium on n’en veut pas,
Et le Mox on n’en veut pas,
Nucléaire dégage !

Les déchets on n’en veut pas,
Irradiation on n’en veut pas,
Contaminants on n’en veut pas,
Nucléaire dégage !

Les cancers on n’en veut pas,
Mutations on n’en veut pas,
Godzilla on n’en veut pas,
Nucléaire dégage !

Compteurs Geiser on n’en veut pas,
Pastilles d’Iode on n’en veut pas,
Abris sous terre on n’en veut pas,
Nucléaire dégage !

Les experts on n’en veut pas,
Les menteurs on n’en veut pas,
Militaires on n’en veut pas,
Nucléaire dégage !

OGM on n’en veut pas,
Les nanos on n’en veut pas,
Gaz de schiste on n’en veut pas,
Nucléaire dégage !

Gaspillage on n’en veut pas,
Faux confort on n’en veut pas,
Vrai misère on n’en veut pas,
Nucléaire dégage !

Leur croissance on n’en veut pas,
Leur finance on n’en veut pas,
Leurs emplois on n’en veut pas,
Nucléaire dégage !

Cette société on n’en veut pas,
Elle ne nous laisse pas le choix,
Il faut lutter pour nos droits,
Nucléaire dégage !
Démarre le lecteur pour écouter Nucléaire dégage !.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

La jeunesse à l'assaut du vieux monde

Adaptation du chant communard de Jean Baptiste Clément, en hommage au mouvement lycéen de l'automne 2010 qui a rejoint la lutte contre la réforme des retraite et qui s'est trouvé durement réprimé par les keufs dans différentes villes de France.
Paroles d’origine, ici. Exemple d’interprétation par le groupe Les amis d’ta femme, ici.

Nouvelles paroles :

La jeunesse à l'assaut du vieux monde (d'après La semaine sanglante de Jean Baptiste Clément)

Sauf des mouchards et des gendarmes,
On ne voit plus sur les boul’vards,
Que la jeunesse triste et en larmes,
Les gens assommés et hagards.
Dijon (ou Lyon ou Paris ou Marseille…) suinte la misère,
Les heureux mêmes sont tremblants.
La mode est aux conseils de guerre,
Et le bitume est tout sanglant.

- Refrain :
Oui mais !
Ça branle dans le manche,
Les mauvais jours finiront.
Et gare ! à la revanche
Quand tous les jeunes s’y mettront.
Quand tous les jeunes s’y mettront.

On gaze, on arrête, on tabasse
Tout ceux qu’on ramasse au hasard.
Une fille pour de la caillasse,
Un gars qui portait un foulard.
La révolte de la jeunesse
Est remplacée par la terreur
De ces salauds de CRS,
Chiens de garde des profiteurs.

- Refrain –

Demain les gens de la police
Refleuriront sur le trottoir,
Fiers de leurs états de service,
Et le pistolet en sautoir.
En galèr’, sans ressources et sans armes,
Nous allons être gouvernés
Par des mouchards et des gendarmes,
Et les menteurs de la télé.

- Refrain -

Le peuple au collier de misère
Sera-t-il donc toujours rivé ?
Jusques à quand les gens de guerre
Tiendront-ils le haut du pavé ?
Jusques à quand la sale clique
Voudra-t-elle gouverner nos vies ?
À quand enfin la République
De l’Amour et de l’Anarchie ?

- Refrain -

Le pdf de la chanson est ici.

Le premier album d'Esprit68 (2008-2010)

L’album d’Esprit68 comporte pour l’instant 15 chansons, regroupées en 3 grandes catégories :

- Les chansons « originales » : La télé nous ment, Vélo-bolo, Ya basta, No border, Au temps d'anarchie.

- les détournements et les adaptations : Hasta Siempre Makhnovchina, L'âme des anars, Le père vénère, Non, tout cela n'est pas un rêve, Supers-pouvoirs, L'anarchie mondiale.

- les « chansons de manifs » : Guadeloupe partout, Grèce générale !, Panique en Sarkoland, L'insurrection qui vient, Fait d'belles grèves baby.


En cliquant sur ce Cd à droite vous pourrez écouter les indications de Lucrèce et l'ensemble de ses interprétations a capella. La piste 23 de ce document sonore reprend en outre une version inédite de l'anarchie mondiale chantée par Chloé.

Vous pouvez également télécharger le livret de l'album au format pdf, sous forme de brochure pour une impression recto/verso (imposition du livret de 24 pages sur 6 A4) et ici si vous souhaitez le modifier. Pour l'instant la pochette ressemble à ça, et le motif à imprimer sur le Cd à ça.

Les différentes chansons vous sont présentées une par une sur la suite de cette page.

La télé nous ment !

la télé nous ment
Démarre le lecteur pour écouter La télé nous ment.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Un petit accompagnement au piano a déjà été proposé pour le refrain. On peut l'entendre sur la présentation du morceau écoutable à partir du CD de l'album cliquable plus haut… Pour les couplets, on a fait remarquer que la mélodie ressemblait fortement à In the Deathcar d’Iggy Pop et Goran Bregovitch, la musique du film Arizona Dream de Émir Kusturica, qui est d’ailleurs elle-même considérée comme un plagiat de la chanson corse Solenzara… En fait, ça dépend de la manière dont on chante. Mais c’est vrai que ça marche sur In the Deathcar (ça marche d'ailleurs mieux avec Iggy Pop qu’avec Enrico Macias sur Solenzara … hu, hu !). Avec des amis, on a essayé sur ce thème, mais l’enregistrement a foiré. En fait, je pense qu’il faut s’en tenir à une petite musique entêtante au piano dans le style de celle évoquée plus haut. Par contre sur la fin de la chanson, on pourrait rajouter quelques accords de guitare un peu saignants.
A part ça un petit storyboard (pas fini) pour un clip éventuel a été proposé… C’est .

La télé nous ment !

La télé nous ment,
La télé nous ment,
C’est la voix du gouvernement…
Elle endort les gens
De contes affligeants
Pour la paix des dirigeants.

A la télé, les diffusions
De ces nouvelles émissions,
Nous révèlent leur vraie mission,
Préparer à la soumission
Les nouvelles générations.

Chacun sait qu’il sera jugé,
Observé, viré échangé.
Prêt à subir tous les affronts,
On sait que les jeunes seront
Sages et soumis à leur patrons.

A Big Brother Academy
On te veut servile et soumis.
Pour qu’ils n’aillent pas revendiquer,
Aux jeunes on veut faire miroiter
Des rêves de célébrité.

On ne veut plus de vrais artistes,
On veut oublier qu’ils existent.
Leur potentiel de subversion,
Leurs rêves de révolution
Nuiraient à la consommation.


La télé nous ment,
La télé nous ment,
C’est la voix du gouvernement…
La télé nous vend
Ses moulins à vents,
Ces mirages décevants.

Quand la bêtise est célébrée,
Les coquilles décérébrées,
Au comble de l’absurdité,
Aspirent à la célébrité
Pour afficher leur vacuité.

Ne rien savoir faire par soi-même,
Être dépendant du système,
La télé a bien insisté
Pour faire de toi un assisté,
Sans elle tu ne peux exister.

On va te dire quoi éprouver,
On va te dire comment rêver.
La télé manipulatrice
Te vend ses sentiments factices
Pour accroître ses bénéfices.

On va te dire comment penser
Et surtout comment dépenser,
Matraqué de publicité,
Amputé de ta liberté
Tout enfin te sera dicté.


La télé nous ment,
La télé nous ment,
C’est la voix du gouvernement…
Nous abrutissant
Du luxe indécent
Étalé par les puissants.

De catastrophes on nous régale,
Mais au 20h. tout est égal.
Les infos non assimilées
De nos consciences mutilés
Toutes bientôt vont s’envoler.

La colère est vite étouffée,
L’indifférence a triomphé.
Les pires horreurs seront gobées,
Potion médiatique absorbée,
L’esprit critique a succombé.

Gavés d’inutiles rations
De prétendues informations,
On fait triompher l’émotion,
Sans inculquer les vraies notions
Permettant la compréhension.

Pour manipuler l’opinion,
La misérable communion
Qui se joue le soir au 20 heures,
Tantôt fige dans la torpeur
Tantôt exacerbe les peurs.


La télé nous ment,
La télé nous ment,
C’est la voix du gouvernement…
La télé défend
Un ordre étouffant
Pour le pouvoir triomphant.

La mafia gouvernementale
Est gardienne du capital.
Pour leur bien-être médiatique,
Aux millionnaires, les politiques
Ont bradé l’espace public.

Libère le territoire des ondes,
Il appartient à tout le monde.
Envahis les plateaux sur l’heure
Prend en otage le vingt heure,
Remplace le commentateur.

Réveille les consciences endormies
Par la starac’ lobotomie
La télé a volé leur cœur
Révèle l’envers du décor
Du système qui nous écoeure.

De la révolte soit le moteur
Secoue le téléspectateur,
Qu’enfin il devienne un acteur,
Rejetant tous les imposteurs
Les médiatiques dictateurs.

Le pdf de la chanson est ici. A noter encore que par rapprot aux paroles ici proposées, Lucrèce attaque la chanson directement sur le 1er couplet et remplace le 2ième refrain par le premier (il n'y a donc plus que trois refrains pour quatre fois quatre couplets.


Vélo-Bolo

Elle a fait le tour des bolos sur son vélo
Démarre le lecteur pour écouter Vélo-Bolo.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Cette chanson à la gloire du génial Bolo’Bolo débute un peu comme l’horrible Allez viens boire un pt’it coup à la maison (à la place du bruit de bouteille débouchée, on a d'ailleurs le bruit de la sonnette de vélo !), mais après ça ressemble plutôt à Ouvrez la cage aux oiseaux de Pierre Perret, dans une version qui serait chanté par Boby Lapointe ! Bref c’est une petite chanson rigolote et délirante… Récemment, j’ai eu une illumination. Si c’est un type qui chante il doit dire « Elle a fait le tour du monde sur son vélo », ou encore « C’est ce que prêchait la fille sur son vélo » c'est-à-dire qu’il doit laisser entendre que le touriste utopiste est une femme. Et c’est l’inverse si c’est une fille qui chante... Pour le clip, je verrais bien une animation, peut-être avec des collages dans un théâtre de marionnettes, avec le type ou la fille qui pédale et la terre ou du moins les paysages et les nuages qui tournent autour de lui/elle avec des bolos qui poussent de tous les côtés, et des baleines qui sortent des eaux pour tenir des AG…

Vélo-Bolo
Elle a fait le tour du monde sur son vélo,
Elle s’en est allé de Bolo en Bolo.
Sur son chemin les prolos
Se groupaient dans des Bolos,
Paysans et métallos,
S’était beau… (lo)

Au début pas de Bolo,
C’était pas très rigolo,
Pour l’argent le populo,
Polluait la terre et l’eau,
Il se tuait au boulot,
Pour de pauvres bibelots.

(Mais…)
Pour accueillir la cycliste,
Mille Bolos sur la piste,
Se levèrent à l’improviste
Des ruines capitalistes,
Pour inviter la touriste
Utopiste…
Le capitalisme s’en va à vau-l’eau.
C’est ce que prêchait la fille sur son vélo.
Pour être enfin écolos,
Groupez-vous dans des Bolos,
Ce s'ra toujours moins ballot
Qu’vos boulots !

Les gens suivant son avis,
Reprenaient sans préavis,
Le contrôle de leurs vies,
Autogéraient leurs envies,
Par eux-mêmes enfin servis
Et leurs désirs assouvis.

La fille contait ses voyages
Dans un tout nouveau langage.
C’était la langue rebelle
D’avant la tour de Babel,
Poésie universelle,
La plus belle !
Elle a traversé les mers à pédalo,
Elle a rencontré baleines et cachalots.
C’était pas qu’une écolo,
Elle apportait sa philo,
L’autogestion sur les flots
Au mat’lots.

Les gens se nommaient Ibus,
Ils se groupaient en tribus,
Selon leurs affinités,
En totale liberté,
Créant la fraternité
Au sein des communautés.

Tous les jours sur le réseau,
Ils s’échangeaient des « hellos »
Mais comme ils vivaient plein’ment
Les rencontres évidemment,
Avaient un attrait plus grand
Qu’les écrans.

Heureux qui comme la fille sur son vélo,
A pu visiter sur terre mille Bolos,
A fait un si beau voyage
A vu mille paysages,
Est rentré chez lui très sage
Au village.

Quand Elle revint au pays
Où l’attendaient ses amis,
Un Bolo s’était levé
Pour fêter son arrivée,
Elle y fut félicitée
Et Elle put tout raconter !

Vous trouverez la morale
De cette histoire peu banale :
En nous gît la solution
Pour faire la révolution
Dans notre imagination,
Nos actions !
Au refrain : Elle a fait le tour du
monde sur son vélo, etc...

Le pdf de la chanson est ici.


¡ Ya Basta !

Ya Basta !
Démarre le lecteur pour écouter Ya basta !.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Sur cette chanson je pense qu’il peut y avoir l’alternance d’une voix féminine et d’une voix masculine sur chaque quatrain, et la réunion des deux voix sur le refrain. Pour en donner une idée, j’ai essayé de changer ma voix sur chaque premier quatrain... Je voulais aussi mettre deux voix sur le refrain mais ça faisait trop pourri et surtout un peu inaudible... Là encore, c'est à vous d'imaginer ce que cela pourrait donner avec des gens qui savent chanter.

¡ Ya Basta !
Ils fabriquent les lois
Dont eux-mêmes se dispensent.
Ils décident pour toi
En toutes circonstances.

Ce sont les gouvernants
Qui veulent t’apprendre à vivre
Ca suffit maintenant,
Enfin tu te délivres.

Refrain :
Et tu leur dis « Ya basta »
« Que se vayan todos ! »
Tu rejettes l’état,
La misère qu’il t’impose.

Et tu leur dis « ça suffit ! »
« Et qu’ils s’en aillent tous ! »
Ta colère, ton défi
Vers la sortie les poussent.
Ils fréquentent les riches,
Sortent des mêmes écoles,
Mais ils se contrefichent
De tenir leur parole.

C’est une classe à part,
Une nouvelle noblesse,
Pousse-les au départ !
Qu’enfin tout cela cesse !

Refrain

Ils t’imposent de faux choix,
Afin que rien ne change
Et s’affrontent parfois,
Pour te donner le change.

Ils sont tous complices,
Amis des profiteurs.
Ils t’envoient la police
Lorsque tu cries trop fort !

Refrain (En commençant par
« Et que tu dis « Ya Basta »)

Les fausses solutions
Qu’ils donnent à tes problèmes
Sont dictées en fonctions
Des données du système.

La machine mondiale,
Qui garantit l’état,
Nourrit le capital
Et elle t’écrase toi !

Refrain (En commençant par
« Mais tu leur dis « Ya Basta »)

Ils convoitent ta voix,
Et te font des promesses,
Ils se moquent de toi,
Et te maintiennent en laisse.

Mais vienne la tempête,
Les nouveaux ci-devant,
Seront dans leur défaite
Emportés par le vent.

Refrain (En commençant par
« Car tu leur dis « Ya Basta »)

Le pdf de la chanson est ici.


No Border

No Border
Démarre le lecteur pour écouter No Border.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Voilà une chanson qu’on a construit ensemble avec Louise Mimie. Elle est bâtie sur une structure inhabituelle, sans refrain, mais je pense qu’elle peut fonctionner… Avec ces couplets ou avec d’autres, parce qu’avec Louise, on a écrit plusieurs versions sans être complètement satisfaits, notamment de la fin. A voir à l’usage…

No Border

Le pouvoir trace ses lignes sur la terre,
Construit ses murs ses frontières,
Et il faut que tu t’insères
Au sein de ses cases arbitraires.

Partout s’étend le désert,
Toujours les lignes se resserrent,
Expulsant ce qui ne sert
Au quadrillage planétaire.

Si tu ne peux pas t’y faire,
Apparaît une main de fer,
Cette poigne policière
Te reconduit à tes frontières.

De ta misère on se sert
Dans d’autres lieux, d’autres filières,
Ton errance est nécessaire
A cet ordre inégalitaire.

Situation régulière,
Situation irrégulière,
Ces illusions judiciaires
Déguisent une même misère.

Intégré mais solitaire,
Tu devras mendier ton salaire,
Tu as bien pour te distraire
Les illusions spectaculaires.

Dans cette vie mensongère,
On te dirige et on te gère,
On te donne un manager
Ta vie te devient étrangère.

Etranger à la nature,
A tes biens, à ta nourriture,
Etranger à ton futur,
A tes désirs à ta culture
Mais enfin vient la colère,
Le dégoût pour cet univers,
Tu reconnais ta misère
Chez l’étranger, chez l’étrangère.

Rétention pénitentiaire,
Hystérie concentrationnaire,
Nous détruirons les frontières,
Nous abolirons les barrières.

Les frontières à l’extérieur,
Et les barrières à l’intérieur,
Quand nous ouvrirons nos cœurs,
Nos vies deviendront no border.

Quand nous ouvrirons nos cœurs,
Nos vies deviendront no border.

Le pdf de la chanson est ici.


Au temps d’Anarchie

Au doux temps d'anarchie
Démarre le lecteur pour écouter Au temps d'anarchie.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Les paroles me sont venues en même temps que la mélodie que je voulais lancinante. L’intérêt tient dans le changement de ton à partir du cinquième vers de chaque couplet. Pour l’accompagnement, il faudrait quelque chose d’assez minimaliste, avec un seul instrument – violon ? piano ? guitare ? ou un instrument « ancien » ?

Au temps d’Anarchie
Il est une fenêtre
Sur le temps d’anarchie,
Il est une butte verte
Et à jamais fleurie.
Elle nous appelle à naître
Nous appelle à la vie.
Il faut nous le permettre
Le doux temps d’anarchie.

Passez à la fenêtre
En ce temps d’Anarchie.
La table y est offerte
Chacun y est servi.
Nul ne doit se soumettre,
Nul ne soumet autrui.
Il n'est ni dieu ni maître
En ce temps d’anarchie.

Mon amie es tu prête
Pour le temps d’anarchie.
La joie nous est offerte
Profitons de la vie.
Donnons nous à la fête,
Embrassons nos envies.
Passons par la fenêtre
Qui mène à l’anarchie.

Il est une fenêtre
Sur le temps d’anarchie
Une lucarne secrète
Sur un jardin fleuri.
L’âge d’or va renaître,
Renaîtra l’utopie.
Son aube va paraître
En ce temps d’anarchie.

L’âge d’or va renaître
Renaîtra l’utopie.
Son aube va paraître,
En ce temps d’anarchie.

Le pdf de la chanson est ici.



Hasta Siempre Makhnovchina

Makhno-che-guevara ?
Démarre le lecteur pour écouter Hasta siempre Makhnovchina.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Bon, ben il s’agit d’un détournement de la chanson de Carlos Puebla à la gloire d’Enesto « Che » Guevara ici réécrite à la gloire de Nestor Makhno et de la Makhnovchina… Sauf que dans la chanson originale, on a l’enchaînement 1 couplet/1 refrain quatre fois, alors que là, c’est 2 couplets/1 refrain trois fois.
Pour attaquer la chanson on peut le faire dans le style de Gainsbourg sur la chanson Bonnie and Clyde : « Vous connaissez l’histoire de Jessy James, comment il vécut, comment il est mort… », sauf que là on dit « Tu connais l’histoire de Guevara, comment il vécut, comment il lutta… ».

Hasta Siempre Makhnovchina

Tu connais le nom de Guevara
Comment il vécut, comment il lutta
Nestor Makhno le précéda,
Ecoutes son histoire et tu verras !

C’est en Ukraine que Makhno lutta
Pour les paysans et les prolétaires,
Communistes, mais libertaires,
Ils bannirent le capital et l’état.

Refrain :
Pour tout l’espoir que tu donnas,
Ton souvenir refleurira,
Ton avenir Triomphera…
Relève-toi Makhnovtchina !

Ils avaient mené leur révolution,
Mais des pouvoirs ils se firent haïr,
Les bolcheviques les trahirent
Et préparèrent leur exécution.

Portant ton deuil tes drapeaux noirs,
Flottent encore dans quelques mémoires.
Ils font peur à tous les pouvoirs
Et accrochent des lueurs d’espoirs !

Refrain
Faux communistes, en Chine à Cuba,
Capitalistes dans tous leurs états,
Dictateurs, affreux potentats,
Makhnovchina partout vous combat !

Aussi reviens de ton nirvana,
Dans ton caveau à Santa Clara,
Réveille-toi Che Guevara,
Et pars rejoindre la makhnovchina !

Refrain

Le pdf de la chanson est ici.


L’âme des anars

Démarre le lecteur pour écouter L'âme des anars.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

<"Un Il s’agit d’un détournement de la chanson de Charles Trenet, L’âme des poètes. Par rapport à la chanson originale, j’ai rajouté un deuxième couplet de structure identique au premier avant le troisième et dernier couplet. Ce troisième couplet est équivalent au dernier couplet de L’âme des poètes, sauf qu’évidemment, sur cette version a cappella, on n’entend pas le pont musical qui l’interrompt. Je pense qu’on pourrait reprendre presque à l’identique l’accompagnement de la chanson originale (en plus simple bien-sûr, mais en gardant l'esprit "retro"), sauf peut-être pour le pont musical que je verrais moins long et que je situerais entre le deuxième et le troisième couplet.
Pour le clip, je verrais bien un montage montrant un maximum de graffitis, filmés à l’approche de Paris, à partir du train et du RER, et puis après dans le métro…

L’âme des anars
Longtemps, longtemps, longtemps
Après que les anars ont disparu,
Leur révolt' couve encore dans les rues.
Les jeunes gavroches des banlieues
Défient toujours l’ordre établi
Sans connaître le nom de Durruti.
On crie toujours morts aux vaches, aux flics
Aux keufs, aux schmitts ou aux condés.
Quand on est a court de répliques
On déterre les pavés...

Longtemps, longtemps, longtemps
Après que les anars ont disparu,
Leurs slogans recouvrent encore les rues.
Des murs lointains de la banlieue
Aux remparts de la capitale,
La révolte en lettres capitales,
Révèle encore la misère, l’injustice,
Dénonce les flics, l’autorité.
Au mur, un tag « nique la police »
Recouvre un « A » cerclé...

Longtemps, longtemps, longtemps
Après que les anars ont disparu
Leur esprit plane encore sur les rues.
Sans compromis, leur liberté,
Leur drapeau noir, effrayent toujours
L’autorité,
Bourgeois, vautours,
Et les curés...

Le pdf de la chanson est ici.


Le Père Vénère

Le Père Vénère !
Démarre le lecteur pour écouter Le Père Vénère.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Cette chanson, écrite et interprétée vite fait a capella par Le Père Vénère pour Esprit68 , est évidemment une adaptation du fameux « Le Père Duchesne » composée en 1892 en référence au journal du même nom. Une version du Père Duchesne ouvre la compilation de chansons révolutionnaires post-soixante-huitardes Pour en finir avec le travail, que l’on peut écouter sur l’une des radios d’Esprit68.
Ne nous y trompons pas, le Père Vénère est un brave gars, un peu porté sur le picrate, qui, même s’il préconise de massacrer les flics, les managers, les coachs, les actionnaires, les banquiers, les publicitaires, et de foutre les écolos dans le bac des déchets recyclables, demeure de fort bonne compagnie. Peut-être qu'un jour le père Vénère éditera son propre fanzine...

Le Père Vénère

Né en septante-deux, nom de Dieu,
Mon nom est père Vénère
Né en septante-deux, nom de Dieu,
Mon nom est père Vénère
Je n’srai pas chichiteux, nom de Dieu,
Je veux dédier ces vers, sang Dieu,
A Bonnot et Baader, nom de Dieu !
A Bonnot et Baade-e-e-er !

Si tu aimes le feu, nom de Dieu,
Deviens un incendiaire,
Si tu aimes le feu, nom de Dieu,
Deviens un incendiaire,
Embrase les banlieues nom de Dieu,
La racaille policière, sang Dieu,
Nettoie la au Karcher, nom de Dieu !
Nettoie la au Karche-e-e-er !

Les écolos foireux, nom de Dieu,
S’éclairent au nucléaire !
Les écolos foireux, nom de Dieu,
S’éclairent au nucléaire !
Hypocrites, peureux, nom de Dieu,
Fous ces tartuffes verts, sang Dieu,
Dans le bon container, nom de Dieu !
Dans le bon containe-e-e-er !

Ne sois donc plus merdeux, nom de Dieu,
Détruis ton manager !
Ne sois donc plus merdeux, nom de Dieu,
Détruis ton manager !
Coupes ton coach en deux, nom de Dieu,
Fous l’entreprise par terre, sang Dieu,
Et l’patron dans la merde, nom de Dieu !
Et l’patron dans la merde-e-e-erde !

Si tu veux être heureux, nom de Dieu,
Fusille les actionnaires !
Si tu veux être heureux, nom de Dieu,
Fusille les actionnaires !
Mets les banquiers au feu, nom de Dieu,
Fous la finance en l’air, sang Dieu,
Sois révolutionnaire, nom de Dieu !
Sois révolutionnai-ai-ai-aire !

Aux média crapuleux, nom de Dieu,
Déclare enfin la guerre !
Aux média crapuleux, nom de Dieu,
Déclare enfin la guerre !
Remplace les journaleux, nom de Dieu,
Pends les publicitaires, sang Dieu,
A tous les lampadaires, nom de Dieu !
A tous les lampadai-ai-ai-aires !

Le vieux monde est affreux, nom de Dieu,
On ne peux plus s’y faire !
Le vieux monde est affreux, nom de Dieu,
On ne peux plus s’y faire !
Nous lui disons adieu, nom de Dieu,
Nous bâtirons sur terre, sang Dieu,
L’idéal libertaire, nom de Dieu !
L’idéal libertai-ai-ai-aire …
L’idéal libertai-aire !

Le pdf de la chanson est ici.


Non, tout cela n'est pas un rêve...

Mozart as a punk
Démarre le lecteur pour écouter Non, tout cela n'est pas qu'un rêve....
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Voilà une chanson dont la mélodie est construite à partir du deuxième mouvement de la sonate KV545 de Wolfgang Amadeus Mozart ! La structure de la chanson n’est pas identique à l’original, puisqu'à l’inverse de la sonate, le thème plus mélancolique est placé en premier, pour que le thème plus « optimiste » puisse y répondre. Dans tous les cas, le chant foireux de Lucrèce fait une comique injure à la beauté de cette mélodie... Bon sang, C’est Mozart qu’on assassine ! ... Okay, mais il faut l’imaginer avec quelqu’un qui sait chanter…
A propos, Mozart n’a jamais touché le moindre droit d’auteur au cours de son existence… Ce qui prouve que la soi-disant « propriété intellectuelle » aujourd’hui férocement défendue par les firmes et les marques déguisées en « artistes », n’est pas une condition indispensable à l’abondance et à la qualité de la création artistique.



Non, tout cela n'est pas un rêve...
Quand nous n’aurons plus de forêt à tuer,
Quand nous n’aurons plus de mer à polluer,
Nous en viendrons enfin à brader
Nos vies, nos corps et notre intimité,
Notre être en sa totalité.

La propriété au-delà de l’usage
A forgé les chaînes de notre esclavage.
Les titres de quelques actionnaires
Enlèvent au plus grand nombre ses droits sur la terre,
Le condamne à la misère.

Refuse la fatalité !
Le nouveau monde attend d’être habité.
Reconquiers enfin ta dignité !
En t’émancipant tu libères l’humanité
Et révèles sa vérité.

Impose le partage et l’équité,
Si les hommes sont affamés, si les ressources sont gaspillées, si la terre est si maltraitée,
C’est que les richesses et les pouvoirs sont concentrés en quelques mains !
Pour garantir les lendemains,
Répartis le bien commun.
Quand de temps en temps on te pousse à voter,
Pour des programmes et des idées imposées,
Pour des gens que tu ne connais pas,
Qui font les lois que tu ne comprends pas
Mais qui s’imposeront à toi.

Dans cette usine qui ne t’appartient pas,
Tu produis des biens dont tu ne jouiras pas.
Rien n’est à toi et quoiqu’on en dise
Tu n’es toi-même rien d’autre qu’une marchandise,
Et on te rentabilise.

Refuse la fatalité,
Dans ton champ, ton village ou ta cité
A présent reprends ta liberté !
En t’émancipant tu libères l’humanité
Et révèles sa vérité.

Décide là où ta vie est ancrée,
De toutes les richesses à produire, de tous les moyens à fournir, de la peine à y consacrer.
La démocratie n’a de vrai sens que vécue au quotidien,
Pour désigner quels sont les biens
Qui combleront tes besoins !

On te réunit sous de fausses bannières,
On t’isole au sein de fausses frontières,
On t’impose de fausses prières.
Toutes ces identités arbitraires
Préparent les prochaines guerres.

On t’impose une fausse réalité,
Dans laquelle on voudrait te voir habiter,
Mais toujours en tant que spectateur,
Qui abandonne sa vie à quelques décideurs,
Complices des exploiteurs.

Refuse la fatalité !
Et dans le jeu de tes affinités,
Reconquiers ta propre identité !
En t’émancipant tu libères l’humanité
Et révèles sa vérité.

Cesse de vivre par procuration,
Donnée à la télévision, ou à ces entités fictives que sont l’église ou la nation.
L’existence est polluée et amoindrie par leur domination.
Trouve ta propre inspiration,
Ta propre illumination.

Non, tout cela n’est pas qu’un rêve,
Il ne tient qu’à nous qu’un nouveau jour se lève,
Pour rebâtir dans la dignité
Un monde qu’enfin nous puissions vraiment habiter,
Dans la paix la liberté,
Sans renier notre humanité…

Le pdf de la chanson est ici


Supers Pouvoirs !

Ils sont supers ces héros !
Démarre le lecteur pour écouter Supers Pouvoirs.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Pour le rythme et la mélodie, cette chanson est inspirée de Spiderman de Robert Harris et Paul Webster, titre qui a notamment été repris par Les Ramones.
Cette version n’est pas du tout évidente à chanter (enfin pour moi !), à cause de la multiplication des rimes dans les différents couplets et de la difficulté de tenir le rythme sur la longueur. On peut s’en tirer en changeant de rythme. Par exemple sur le troisième couplet j’ai essayé de faire une sorte de rap. Bon c’est bidon parce que c’est moi, mais je pense qu’il y a moyen.

Supers Pouvoirs (d'après Spiderman de Robert Harris)

Tous ces super-héros
Sont de drôles de numéros
Ils vont faire la police
Soi-disant pour la justice
Mais le hic…
La justice ils l’oublient
Face à l’ordre établi
Au service du pouvoir
Vont leurs super-pouvoirs
Vendus aux financiers
Les supers justiciers
Sont des flics !

Ses deux ailes noires
Se déployant dans le soir,
Le chevalier sombre
Sur Gottham étend son ombre.
Mais la chauve-souris
Surtout aux riches sourit.
C’est un millionnaire
Qui n’est pas très débonnaire,
Il accroît sur terre
L’obsession sécuritaire.
Il fait attention
Attention aux possessions,
Va toujours aidant
Servilement les possédants,
Ne prend pas de gants
Avec les petits brigands.
Il livre à la foule
De pauvres voleurs de poules
Mais laisse impunis
Les véritables bandits,
Tous les tortionnaires,
Les brutes réactionnaires,
Les juntes militaires,
Les régimes autoritaires,
Les vrais affameurs,
Les riches accapareurs,
Et tous les gangsters
De la crise alimentaire !

Tous ces super-héros
Sont de drôles de numéros
Malgré tous leurs pouvoirs,
Ils font semblant de n’pas voir
La misère…
Jamais ils ne suppriment
Les vraies causes du crime !
Leur folle indifférence
Egale leur puissance,
Leur égoïsme ultime
Font que les vraies victimes
Désespèrent !

Son « S » associé
A sa poitrine d’acier,
Il vient de Krypton,
Même ses poils sont en béton.
Le temps d’un éclair
Il fait le tour de la terre.
Il est invincible,
Rien ne lui est impossible.
Mais malgré cela,
Il oublie les favellas.
Sur les bidonvilles,
Il ne construit pas de ville !
Il n’est pas question
De travaux d’irrigation,
Pas question pour lui,
De creuser de nouveaux puits.
Et il n’élimine
Ni la guerre ni la famine.
Sans résolution
Pour stopper la pollution,
Il laisse la terre
Se transformer en désert,
N’est pas l’adversaire
Des gaz à effet de serre.
Il ignore l’Afrique,
Tous ses pouvoirs vont au fric,
Ses dons surhumains
Aux nombrils américains.
Tous ces super-héros
Sont de drôles de numéros
Les fantasmes qu’ils révèlent
Nous en apprennent de belles
Sur nous-mêmes…
Ces héros sont des prismes
Pour tous nos égoïsmes,
Des rêves de puissance
Masquant notre impuissance,
Demi-dieux à la gomme,
Prisonniers que nous sommes
Du système !

Il a bonne presse
Et tous les enfants connaissent
Sa chanson par cœur,
Il a nom Peter Parker.
Sa loi a régné
Dans sa toile d’araignée.
Il est plus malin
Que tous les supers vilains.
Modeste pigiste,
C’est un fameux pugiliste,
Mais un vrai poltron
Quand il parle à son patron.
Stupide et soumis
Face à la vraie infamie,
Il n’use pas de science
Pour libérer les consciences.
Dans sa toile échouent
De minables feuilles de chou,
De fausses infos
Pour berner le populos.
Qu’il soit résigné
Dans la toile d’araignée,
Ligoté de crainte
Et avide de contraintes.
La toile des médias
Accroît la paranoïa
Et le Spider Web
Est l’opium de la plèbe !
Vous les super-héros
Arrêtez vos numéros !
Redescendez sur terre
Pour l’urgence humanitaire,
Car demain…
La seule solution
C’est la révolution !
Sans vous nous la ferons,
Nous nous débrouillerons,
Pas besoin de pouvoirs,
Pour faire notre devoir
D’être humain !

Les paroles de la chanson sont ici.


L'anarchie Mondiale

Cette chanson, les lecteurs d’Esprit68 la connaissent, il y en a même une vidéo sur You Tube… En voici une autre version qui n’avait pas été acceptée sur You Tube car trop longue. Elle est plus sympa, puisqu’il y a tout un délire à la fin avec des impros et la présentation des musiciens. Bon c’est toujours avec le son pourri de la caméra. J’ai retrouvé les vrais sons, mais j’ai la flemme de mixer (je sais pas trop faire en fait) et Lastongem devait s’en charger.

Bon, les paroles, avec le recul, on ne les trouve pas si terribles que ça... Le titre est trompeur, parce qu'en fait d'anarchie mondiale, la chanson ressasse plutôt les poncifs d'un alter-mondialisme mollasson. Donc si vous voulez corriger ou supprimer quelques couplets, allez-y !

L'anarchie Mondiale (d'après L'internationale d'Eugène Pottier)
Comment pour le bien d’un seul homme
Peut-on en un jour amasser
Un gain que dans leur vie mille hommes
Ne parviendront à dépasser ?

Les profits extraordinaires
Nient la justice et l’équité,
Face à la misère ordinaire
Le luxe est une obscénité !


Refrain 1) :
C’est l’union solidaire
Liberté, unité,
L’Anarchie sur Terre
Sera l’humanité !

C’est l’union solidaire
Liberté, unité,
Justice sur la terre
Pour toute l’humanité !

Partout la nature est pillée
Salie de réclames futiles.
Que de ressources gaspillées
En consommations inutiles.

Il faudra nous mobiliser,
Pour satisfaire les vrais besoins.
Que chacun puisse disposer
D’un abri, de vivres et de soins.

Refrain 1)

Profits vous étouffez la terre
Dans votre croissance obstinée.
Vos gaz et leur effet de serre
Vont bientôt nous assassiner.

Redonnons leur vraie valeur aux biens !
Pour garantir l’écologie,
De la monnaie brisons les liens
Par l'Équivalent énergie.

Refrain 1)

Il nous faut mendier le travail,
Nourrir la prétendue croissance.
Il n’y a que notre vie qui vaille,
Ce gaspillage n’a pas de sens !

Que partout vienne l’autogestion,
Mais par un salaire minimum
Attribué sans condition
Il faut assurer tous les hommes.

Refrain 1)

Les maîtres hideux du capital,
Laissent les peuples agoniser,
Qu’enfin les ressources vitales
Soient pour de bon humanisées !

Le pouvoir des multinationales
Insulte notre dignité,
Mais l’avidité nationale
Génère les monstruosités !
Refrain 1)

Par les églises préparés
Les mensonges des religions,
Sont pour les foules égarées
Une criminelle contagion.

Inventés pour servir le pouvoir
Les dogmes nient la réalité,
Contre eux il faudra promouvoir
Le savoir et la vérité !

Refrain 1)

Face à l’urgence alimentaire
L'argent gâché dans les conflits
Pour la fierté des militaires
Est une criminelle folie.

La menace des armes nucléaires
Aux mains de clowns et de déments,
Laisse aux pouvoirs autoritaires
Un droit d’anéantissement.

Refrain 1)

Aussi vrai que la terre est ronde
Les frontières sont des absurdités,
Nous sommes citoyens du monde
Il n’y a qu’une seule humanité.

Par-dessus les états nations
Les peuples devront s’exprimer
Pour faire cesser l’aliénation
Leur vraie parole doit primer.
Refrain 1)

Homme réponds à ton devoir
Et de tous les jougs affranchi,
Choisis l’ordre sans le pouvoir
Ce qui a pour nom Anarchie.

Il faut croire en notre victoire
Et suivre nos buts déclarés :
Fraternité du drapeau noir
D’une planète bleue éclairé !


Refrain 1) ou Refrain + Refrain 2) facultatif :
C'est la lutte finale,
Groupons nous et demain,
L'Anarchie mondiale
Sera le genre humain !

Le pdf de la chanson est ici.


Guadeloupe partout, Grèce générale

Démarre le lecteur pour écouter Guadeloupe partout, Grèce générale.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Bon, là encore, c’est typiquement une chanson pour gueuler dans les manifs… On peut envisager d’enregistrer les refrains au mégaphone… L’accompagnement doit être minimaliste. Le mieux serait peut-être d’enregistrer véritablement la chanson lors d’une manif… Pour le clip on peut aussi tout simplement filmer une manif en insérant des images d'actualité, ou peut-être faire un truc plus décalé sur la préparation de la manif, ou sur des discutions à l'usine ou même au bistrot.

Guadeloupe partout, Grèce générale
Amérique latine,
Chine ou Birmanie
De la Grèce à la nouvelle Calédonie,
Partout les émeutes
Contre la misère,
Tu vois qu’ça chauffe un peu partout sur la terre.

Ils sont tous comme toi
Victimes du systèm’.
D’l’Europe aux Antilles les enn’mis sont les mêmes.
Ceux qui accaparent
Pouvoirs et argent,
Il faut les virer avec les dirigeants.

refrain 1 :
Guad’loup’ partout, Grèc’ générale !
Le capitalisme est en phase terminale !
Guad’loup’ partout, Grèc’ générale !
Il vient le moment de la lutte finale !
Chômeurs ou précaires
Tous dans la galère,
On a intérêt à êtr’ tous solidaires !
Ils veul’ nous monter
Les uns contr’ les autres !
Avec ou sans papiers tes misères sont les nôtres !

Tous ces décideurs,
Planificateurs,
Ils sont surtout les complices des profiteurs
Actionnair’, banquiers,
Tous faux-monnayeurs,
Il faut qu’le pouvoir revienne aux travailleurs.

refrain 2 :
Guad’loup’ partout, Grèc’ générale !
Il nous faut maint’nant des actions radicales !
Guad’loup’ partout, Grèc’ générale !
On va déborder les central' syndicales !
Cités en émeutes,
Révoltes en prison
Il faut maintenant se faire une raison,
On ne pourra plus
Changer d’direction,
On n’voit notre av’nir que dans l’insurrection !

Pas de compromis,
Ou de faux débats
Nous n'avons jamais eu d'acquis sans combat.
Au bout de la lutte,
Notre dignité,
Sera reconquise dans la fraternité.

refrain 3 :
Guad’loup’ partout, Grèc’ générale !
Comme les ouvriers de chez Continental,
Guad’loup’ partout, Grèc’ générale !
On va pas céder devant le capital !
Ils dis’ ça va mieux,
Espèr’ la reprise
Ils voudraient sortir l’économie d’là crise.
Mais c’est le marché
Qui crée la misère
C’est l’économie qui est notre cancer !

Ils crach’ les milliards
Quand ça les arrange
Ils mentent et ils trichent pour que rien ne change.
Les masqu’ sont tombés,
On peut plus les croire
Maint’nant c’est à nous d’enfin écrire l’Histoire !

Refrain 3 puis refrain 2 puis refrain 1...

Le pdf de la chanson est ici. A noter que contrairement à ce qui est chantonné par Lucrèce, les 2ième et 3ième séries de couplets sont interverties...


Panique en Sarkoland

Le vrai visage de notre cher président
Démarre le lecteur pour écouter Panique en Sarkoland.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Panique en Sarkoland est typiquement une chanson de manifs. On m’a fait remarquer qu’elle était pompée sur Monsieur Pif-Paf des Ludwig Von 88. Ha, ha ! Je l’avais pas fait exprès, promis ! Enfin, c’est pas tout à fait Monsieur Pif-Paf, parce qu’à la fin, ça ralentit et on répète les deux premières rimes… Mais c’est vrai que ça ressemble beaucoup. Là je vous en propose une version minute… On peut rajouter autant de couplets qu’on veut, et en réinventer en fonction de l’actualité.

Panique en Sarkoland
Sarkosy le menteur,
Ami des profiteurs,
Ses vacances assurées,
Par Vincent Bolloré,

Il vit comme un pacha
Sur not’pouvoir d’achat !

Sarkosy le menteur,
Ami des profiteurs !


Les flics de sarkoland,
Veulent nous mettre à l’amende,
Leur putain de système,
Tape toujours sur les mêmes,

Ils sont récompensés
Pour chaque homme expulsés !

Les flics de sarkoland,
Veulent nous mettre à l’amende !
Sur l’environnement,
A Grenelle on nous ment,
Par un tour de magie,
Finie l’écologie !

On met des OGM
Même dans nos chrysanthèmes !

Sur l’environnement,
A Grenelle on nous ment !


Mais gare à la revanche,
Ca branle dans le manche,
Nous n’avons pas le temps
D’attendre encore quatre ans,

La seule solution,
C’est la révolution !

Mais gare à la revanche,
Ca branle dans le manche !

Le pdf de la chanson est ici.


L'insurrection qui vient

Démarre le lecteur pour écouter L'Insurrection qui vient.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

L'insurrection qui vient ?Ha… Voilà une chanson qui évoque l’Insurrection qui vient, le livre du Comité Invisible (ou de l’Incomestible ?). On peut la considérer comme une chanson de manifs. C’est pour ça que j’ai tenté de rajouter une sirène sur le refrain et des bruits de percutions sur les couplets… Bon, on peut sans doute trouver autre chose. Il faudrait peut-être aussi changer la mélodie de la deuxième partie de chaque refrain…

L'insurrection qui vient

Refrain :

Demain,
C’est l’insurrection,
C’est l’insurrection,
C’est l’insurrection qui vient ! (bis)

Demain, pas d’homme providentiel,
Demain, pas d’issue à la crise,
Alors, agit dès aujourd'hui, prend ton autonomie, réinvente ta vie !

Demain, nous tracerons d’autres chemins,
Nous tisserons de nouveaux liens.
Enfin, viendront d’autres rapports humains,
Dans l’insurrection qui vient.

Refrain

Demain, ne va plus travailler,
Demain, arrête d'acheter,
Reprends tes parts de vie volées, tes désirs détournés, ta conscience aliénée!

La vie n’a pas besoin d’être gagnée,
Si vraiment elle nous appartient.
Demain, nous pourrons tous en témoigner,
Dans l’insurrection qui vient.

Refrain

Demain, plus d'idées imposées,
Demain, plus de maîtres à penser,
Alors, récupère ton histoire, reprends le territoire, reconquiert le savoir !

Demain, nous partag’rons le bien commun,
Entre les milliards de terriens.
Humains, l’avenir est entre nos mains,
Dans l’insurrection qui vient.

Refrain

Demain, des moyens de la dignité,
Du pouvoir redistribué,
Demain, de l’union des communautés,
Naîtra la fraternité.

Le pdf de la chanson est ici.


Fais de belles grèves baby !

Fais d'belles grèves baby 1 Fais d'belles grèves baby 2
Démarre le lecteur pour écouter Fais de belles grèves baby.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Petite chanson sur le thème « Faites l’amour et la révolution, pas le travail ! ». Les paroles peuvent évoluer, d’ailleurs dans l’extrait a cappella, je ne reprends pas exactement le texte du pdf. On peut aussi rajouter des couplets, prolonger ou modifier l’histoire de la rencontre entre les deux manifestants et, bien sûr, enrichir la mélodie.

Fais de belles grèves baby !
Pas vu à la télé,
Mais vu à la manif,
Après le défilé,
On est resté actif.
Com’ on était pas pressé,
On s’est tous mis à danser.
Nos regards se sont croisés
Et je suis venu t’aviser :

Fais d’bell’ grèves baby !
Fais d’bell’ grèves baby, oh oui !
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves baby, oh oui !

On s’est bien amusé,
C’était plutôt festif.
Puis tu m’as embrassé
Et tu m’as dit « j’te kiffe ! »
On est parti dégoter
Un petit coin à squatter
Et on s’est si bien aimé
Qu’au matin je t’ai proclamé :

Fais d’bell’ grèves baby !
Fais d’bell’ grèves baby, oh oui !
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves baby, oh oui !
Ne plus aller bosser,
Pour le si bon motif,
Qu’on veut se caresser
Sur un mode intensif.
Passer son temps à s’aimer,
Plutôt que de consommer,
Continuer à lutter
A manifester, à chanter :

Fais d’bell’ grèves baby !
Fais d’bell’ grèves baby, oh oui !
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves baby, oh oui !

C’était une bonne idée,
En jouant collectif,
La grève nous a soudé
100 jours consécutifs.
L’gouvernement a cédé
Il nous a tout accordé
Les 35 heures à l’année
Mêm’ le droit de nous gouverner !

Fais d’bell’ grèves baby !
Fais d’bell’ grèves baby, oh oui !
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves baby,
Fais d’bell’ grèves baby, oh oui !
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves,
Fais d’bell’grèves baby, oh oui !
Fais d'belles grèves baby 3

Le pdf de la chanson est ici.


Le CD 2 titres « Pour en finir avec le football !

Afin de railler la vaste entreprise de crétinisation planétaire, le clinquant déferlement publicitaire déguisé en spectacle sportif, qui a tenté de coloniser chaque parcelle de cerveau humain, pour distraire les peuples des progrès de l’injustice et de l’exploitation, nous avons décidé de composer un CD 2 titres détournant des hymnes « officiels » de la coupe du monde de balle au pied 2010.
Nous ne savions pas encore que ce pathétique spectacle allait dégénérer en France en un grotesque et vulgaire psychodrame que les médias et les politiques se sont hâtés d’entretenir, pour prolonger le lavage de cerveau qu’une défaite trop rapide de l’équipe national risquait d’écourter.


En cliquant sur le Cd à gauche, vous pourrez écouter les indications de Lucrèce et les deux titres à la suite chantés, comme d'habitude, mal et a capella.

Vous pouvez également télécharger le livret se l'album au format pdf, sous forme de brochure pour une impression recto/verso (imposition du livret de 8 pages sur 2 A4). Pour l'instant la le motif à imprimer sur le Cd à ça.

Machine à fric (Black Flag for the Cup)

Démarre le lecteur pour écouter Machine à fric.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

drapeau noir sur la coupe ! Le premier titre est un pastiche de la chanson « Wavin’Flag » du rappeur somalien K'naan qui semble être l’hymne officiel « Coca-Cola ». Puisque l’on doit reconnaître que les paroles originales de cette chanson évoquent davantage la lutte pour la liberté que le football – ce qui rend plus déplorable encore son association à l’odieux spectacle marchand qui gangrène nos cerveaux - notre détournement redonne peut-être son vrai sens à « Wavin’Flag »…

Machine à fric (d'après Wavib'Flag de K'naan)

Ooooo,
Oooooooooo…

Au moins cet air là,
N’est pas à la gloire de Coca-Cola !

La coupe du monde
Est en Afrique,
C’est une immonde
Machine à fric,

Qui va gaver
Les annonceurs
Et abreuver
Marques et Sponsors.

Les ballons ronds
Dans ce système
Profiteront
Toujours aux mêmes !

Dans les Townships
Ça se dégrade
Mais on équipe
Les nouveaux stades !

Ils s’en fout’ que tu crèves
Pour ce stad’ construit avec ton sang
Et c’est pourquoi tu t’es mis en grève
Pour obtenir un salaire décent !

Nous disons… Refrain x 2 :

Suis ton propre but
Ton propre chemin
Débute la lutte
Combats pour tes lendemains,
Pour tes lendemains,
Pour tes lendemains,
Pour tes lendemains !
Pour tes lendemains !
Ooooo,
Oooooooooo…

Entonne ce chant,
Qui dénonce le spectacle marchand !

Nationalisme,
Prostitution,
Hooliganisme,
Exploitation…

C'est le football
Dégénéré,
Sous le contrôle
Des marchés.

C’est le spectacle
Que l’on te sert
Quand tu renâcles
À ta misère.

Les billets verts
Des footballeurs
Sont le revers
De tes malheurs.

Ils déportent ta misère,
Loin des postes de télévision
Mais tu leur as déclaré la guerre
En déclenchant ton insurrection.

Nous disons… Refrain x 2 :

Choisis ton équipe
Ta communauté
Pour que s’émancipe
La classe des exploités,
Pour te révolter,
Pour te révolter,
Pour te révolter !
Pour te révolter !
Ooooo,
Oooooooooo…

Des Vuvuzela,
Pour sonner le glas de Coca-Cola !

Fausses valeurs,
Futilités,
Font le malheur
Des exploités.

Si tu dissipes
Ces illusions,
Tu t’émancipes
De l’oppression.

Dans ce mondial
Mène ta lutte,
Du capital
Cause la chute !

Vuvuzela
De la colère
Sonne le la
Des prolétaires !

Car le feu de ta colère
Déborde de la coupe d’argent
Et va se répandre sur la terre
Pour consumer cet empire marchand.

Nous disons… Refrain x 2 :

Joue ton propre jeu
Mène ton action
Le plus bel enjeu
C’est bien la révolution,
La révolution,
La révolution,
La révolution !
La révolution !

Ooooo, Oooooooooo… Nous disons… Refrain x 2

Sur les barricades
Él’vées le grand soir,
Au sommet des stades,
Depuis, flotte un drapeau noir,
flotte un drapeau noir,
flotte un drapeau noir, flotte un drapeau noir, flotte un drapeau noir
Le pdf de la chanson est ici.

Un et deux et trois, et la rue est à toi !

Démarre le lecteur pour écouter Et la rue est à toi.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Coupe du monde 2010 Le second titre doit être considéré comme le détournement officiel de la coupe du monde 2010. Il se chante sur l’air de « Waka Waka », l’hymne de la coupe du monde interprété par Shakira.

Un et deux et trois, et la rue est à toi ! (d'après Waka Waka de Shakira)

Première mi-temps

Tu aimes le football
Ou tu ne l’aimes pas,
C’est pas très grave, qu’ton équip' gagn' ou qu’elle gagne pas.

Car à l’occasion
Des fins de parties,
T’iras dans la rue secouer la cage d’un ordre pourri.

Quitte plus tôt, ton boulot !
Les calicots sur le dos !

Avec ta cagoule, déboule !
Descends dans la rue, au but !
Un et deux et trois,
Zéro à trois,
Et la rue est à toi !

Tu rends les flicards, tricards,
L’ordre bourgeois sans voix !
Un et deux et trois,
Zéro à trois,
Et la rue est à toi !
Seconde mi-temps

Tu as débuté
La manif sauvage
La télé coupée, t’es réveillé et tu as la rage.

Tu fais dans la rue
Ton propre spectacle,
Contre les condés, contre leurs médias tu prépares les tacles.

La vraie partie, est ici !
Classe contre classe, face à face !

Joue l’insurrection, champion !
Tire tes penaltys, titi !
Un et deux et trois,
Zéro à trois,
Et la rue est à toi !

Aux médias tu dois, un doigt !
Contre les flics : coup d’trique !
Un et deux et trois,
Zéro à trois,
Contre l’ordre bourgeois !
Prolongations

Les riches organisent
Ton exploitation,
Tu dois songer, sans plus tarder, à leur expulsion.

Ils voudraient te prendre
Retraite et Sécu,
Le match commence, tu peux les contrer tout n’est pas perdu.

Sur les retraites, pas d’retraite !
Sur la rigueur pas d’accord !

Reprends le pouvoir ce soir !
Le terrain perdu, t’est dû !
Un et deux et trois,
Zéro à trois,
Et la rue est à toi !

Contre les patrons, cartons !
Tu te défoules, coup d’boule !
Un et deux et trois,
Zéro à trois,
Contre le patronat !
Tirs au but

De l’ordre marchand
Tu sonnes le glas
Sur les pavés, repris aux Champs, tu fais la holà.

Reprends le pouvoir,
Le terrain perdu,
Les dépôts, les trains, les grands magasins, les routes et les rues.

Contre les banques, les bal' manquent !
Mais l’incendie est parti !

La grève générale, totale !
La lutte finale, s’installe !
Un et deux et trois,
Zéro à trois,
Et la rue est à toi !

Où sont les partis ? Partis !
Les syndicats, pas là !
Un et deux et trois,
Zéro à trois,
Et la vie est à toi !
Ragga à psalmodier selon le contexte :
Le spectacle marchand peut être complèt'ment détourné / Le piège médiatique peut être complèt'ment retourné / Tu peux utiliser cette mascarade / Pour dresser tes barricades / Retourne le piège dressé pour toi / et la rue est à toi !

Ou bien :
Une coordination nationale est créée / Elle va se mettre en place pour qu’tout soit abrogé / Pas d’soumission aux actionnaires / Vive la révolte populaire / Ils ne feront plus leurs coups bas / Car la rue est à toi…

Et puis à nouveau un des refrains au choix …

Le pdf de la chanson est ici.

L'album de Lucrèce

L’album de Lucrèce peut être considéré comme un recyclage de vieux textes qui n'avaient pas forcément vocation à être chantés. Ce ne sont pas vraiment des textes « engagés » mais certains d’entre eux étaient déjà paru sur le blog et l’ancienne version du site. A voir si ça peut inspirer quelqu’un…

Les titres : Cerné par les cons - Marie-Jeanne - A la bêtise humaine - Les règles et leur valeur - La légende des siècles - Chanson à boire


En cliquant sur le Cd à droite, vous pourrez écouter les indications de Lucrèce suivi des textes chantés a capella.

Vous pouvez également télécharger le livret de l'album au format pdf, sous forme de brochure pour une impression recto/verso (imposition du livret de 12 pages sur 3 A4). Pour l'instant le motif à imprimer sur le Cd ressemble à ça.

Cerné par les cons

Démarre le lecteur pour écouter Concerné par les cons.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Cerné par les cons … Petite-chanson minute comme ça vite fait… Il lui faudrait un accompagnement minimaliste à la gratte ou au piano…

Cerné par les cons

Quand le malheur est arrivé,
Sur la télé, les yeux rivés,
Ils s’écrient tous « Faut qu’on ! » « Faut qu’on !»
Car on est cerné par les cons.

Pour venger l’honneur du drapeau,
Ils sont près à donner leur peau,
Ou à franchir le rubicond,
Car on est cerné par les cons.

Tout autour de Jérusalem,
Ils ne se diront pas « je t’aime »,
Ni les mollahs, ni les faucons,
Car on est cerné par les cons.

Si l’on n’était pas au courant,
Dans la Bible et dans le Coran,
On lira en termes abscons,
Que l’on est cernés par les cons

Le pdf de la chanson est ici.

Marie-Jeanne

Démarre le lecteur pour écouter Marie-Jeanne.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Houlà ! Voilà un texte qui date un peu (1993 environ)… C'est très court et il n'y a pas de refrain. Peut-on vraiement en faire une chanson ? A vous de voir…

Marie-Jeanne

A l’église où se marie Jeanne
On se pelle les os,
Quand on n’a pas la Marie-Jeanne
Dans son bedo !

Elle se marie à un rebeu
Un étranger, ça la fout mal,
Qui lui refile de la beuh
Et du Zamal !

Quand elle l’a vu, elle c’est dit « Chiche !
Dans le mariage je le rejoins,
Je lui donnerais du haschich
Pour ses gros joints ! »

Moralité (X2) :

Black, blanc ou beurre, c’est du kif
Et le mariage est un abysse
Pour qui le consomme sans kif
Ni cannabis.

Le pdf de la chanson est ici.

A la bêtise humaine

Démarre le lecteur pour écouter A la bêtise humaine.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Texte un peu facile sur la bêtise humaine…

A la bêtise humaine

Si vous voulez toujours, savoir à quoi trinquer,
Quelque soit l’occasion, ce n’est pas compliqué !
Moi, pour pouvoir fêter chaqu’ jours de la semaine,
Je veux lever mon verre, à la bêtise humaine !

Pour un peu de pouvoir, pour un peu plus d’argent,
Ils multiplient grimaces et propos affligeants,
Mais ils ne savent pas, où leur con’rie les mène.
Je veux lever mon verre, à la bêtise humaine !

Ils veulent être lofteurs et gagner des millions.
Ils ressemblent surtout aux plus faibles maillons
D’une chaîne insensée, d’inepties et de haine.
Je veux lever mon verre, à la bêtise humaine !
Ils ont peur du voisin, et du prix de l’essence,
De l’arabe du coin, et même du bon sens,
Mais seule est menacée, la raison qu’ils malmènent.
Je veux lever mon verre, à la bêtise humaine !

Devant des foules ineptes, on joue du pipotron.
Les moutons et les bœufs, ont trouvé leur patron,
Et jusqu'à l’abattoir, il se peut qu’on les mène.
Je veux lever mon verre à la bêtise humaine !

Le pdf de la chanson est ici.

Sur les règles et leur valeur

Démarre le lecteur pour écouter Sur les règles et leur valeur.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

… Dans le même genre que le texte précédent, quelques vers superficiellement nihilistes…

Galilée

A la bêtise humaine

« Selon que vous serez puissants ou misérables... »
La justice pèsera plus ou moins sur le rable !
Le principe est ainsi de tout temps signalé,
Car les règles sont faites, afin d’être violées. (bis)

Sur Terre les hommes naissent, en droit égaux et libres
Mais le moindre tyran, en braquant son calibre
Ici va les faire taire, là va les faire parler,
Car les règles sont faites, afin d’être violées. (bis)

Le « Tu ne tueras point ! », de ce brave Moïse,
Est bien souvent repris par les hommes d’église,
« Sauf les infidèles », ont-ils stipulé,
Car les règles sont faites, afin d’être violées. (bis)

Un général serbe rappelait une règle :
« Vous pouvez les violer, mais qu’elles n’aient point leurs règles,
A moins que dans le sang, vous n’aimiez convoler. »
Car les règles sont faites, afin d’être violées. (bis)

Chaque espèce travail’ à sa conservation,
Au soi-disant sommet d’une longue évolution,
Les hommes parviendront, seuls à s’annihiler,
Car les règles sont faites, afin d’être violées. (bis)

Même les lois physiques peuvent être détournées.
« La connerie empêche la terre de tourner !»
C’est ce qu’aurait pu dire un certain Galilée !
Car les règles sont faites, afin d’être violées. (bis

Le pdf de la chanson est ici.

La légende des siècles

Démarre le lecteur pour écouter La légende des siècle.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Il s'agit évidemment d'une plaisanterie fumeuse en référence à l'énôôôrme gloubiboulga héroïco-spectaculaire de monsieur Victor Hugo.

le fameux rituel de la pomme !
La légende des siècles
1
Comme le serpent envieux,
Au temps du premier homme,
Qui pour emmerder dieu
Fit pousser une pomme,
Et la donna à Eve
Qui l'offrit à Adam,
qui en goûta la sève…
Avec un joint dedans !

2
Comme Ulysse égaré,
Qui grâce au Népenthès,
Vois venir la marée
Et chasse sa tristesse,
Qui revoit le cyclope
A l’orbite percé,
Et pense à Pénélope…
En enculant Circé !
3
Comme Orphée des enfers,
Franchit la noire limite,
En offrant au Cerbère
Une barre de shit,
Et partit défoncé
Sur les rives du Styx
Pour revoir sa fiancé
En préparant son mixe.

4
Comme Shéhérazade,
Qui trompa le calife
En partant de Bagdad
Les poches remplies de Kif,
Qui pour chasser l'ennui
Offrit ses jolis seins
Pendant 1000 et une nuits,
A 40 assassins.
5
Comme le roi Arthur,
Qui pour s'offrir un joint,
Vendit Escalibur
A l'enchanteur Merlin
Et dans le Graal but
Une infu d'africaine,
Car il fut fait cocu
Par Lancelot et la reine.

6
Comme Victor Hugo,
Qui un peu défoncé,
Racontait les ragots
Des héros dépassés,
J'écris ces vers bâtards,
Cette légende enfumée,
Des rouleurs de pétards,
Des héros du tarpé.

Le pdf de la chanson est ici.

Chanson à boire

Démarre le lecteur pour écouter Chanson à boire.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

… Petite chanson à boire qui pourrait passer pour un médiocre plagiat de la chanson de Georges Brassens, Le vin

Chanson à boire
1
Versez, vous les sylvains,
Goûtons voir si le vin
Est bon !
Et franchissons la ligne
Nous coupant de vos vignes
D’un bond !

2
L’ocre jus de la treille,
Le nectar sans pareil
Descend !
L’ivresse n’est pas vaine
Qui colore nos veines
De sang !

3
Tout enivré de vin
On devient des devins,
Au cieux,
S’affairant aux vendanges,
On voit passer des anges
Gracieux.
4
Se prendre des bitures
Est bien dans la nature
Humaine.
Au vin goûteux, pardi !
Jésus a toujours dit :
«Amen ! »

5
Les douze bons apôtres
Buvaient comme nous autres !
Ivrognes,
Ils l’étaient bien, bon sang !
Et trinquaient tous sans
Vergogne.

6
Pour les braves soûlots,
A la place de l’eau,
Du vin !
Que jamais les litrons
Ne manquent aux pochtrons
Divins !
7
Que s’écoulent, Ô merveille,
Les rivières vermeilles !
En somme,
Boire pour pas un radis,
C’est bien le paradis
Des hommes.

8
Que l’on change en picrate
La Ciguë de Socrate,
Mes frères !
Sans plus aucun remords
J’affronterai la mort
Amère.

9
Devant un rouge, attend,
Je ne reste longtemps
De bois !
Devant un verre de blanc
Je ne fais pas semblant,
Je bois !

Le pdf de la chanson est ici.





Les dossiers musicaux !

Évocation des chants de la révolution mondiale en cours

«A revolution without dancing is not a revolution worth having» disait Emma Goldman

Aussi, pour célébrer la révolution mondiale en cours, nous vous proposons un petit tour d’horizon de ses chants et de ses musiques.

Ne faut-il pas voir dans la crise argentine et dans le mouvement des « piqueteros », le début de la révolte actuelle, qui n’est pas une simple « indignation », mais plutôt un mouvement populaire de blocage et d’occupation, de « piquetistes », qui doit déboucher sur une réappropriation généralisée ?
C’est ce que nous rappelle « Soy piquetero », l’indémodable hymne à la gloire des piqueteros argentins, tiré de l’album « Canciones para los piqueteros » que vous pouvez retrouver ici.

Paroles de « SOY PIQUETERO » Adaptation proposée en français
Piensan cerrar la fábrica
reducir personal.
Y son muchas familias
que en la calle quedarán.

Cortaremos la ruta
La situación no da más
¿Cómo explicarle a un hijo
que ya no podrá estudiar?

Las cubiertas ya arden
Aqui nadie pasará
Aunque repriman
los ideales no matarán.

¿Dónde están las promesas
que los políticos dan?
Cuando hay elecciones
al pobre hay que engañar

Soy piquetero! Soy piquetero!
Sólo pido trabajo con este fuego
Pan para mi familia es lo que yo quiero
Soy piquetero!
Porque nadie me escucha voy a luchar
Porque nadie me escucha voy a luchar

Llegan los camioneros
para también reclamar
Nuestra lucha es la de ellos
y la de mucha gente más.

Lucha y organización!
Les plans visent à fermer l'usine
Et à réduire le personnel.
De nombreuses familles
Vont être jetées à la rue.

Bloquons la route,
Nous n’avons rien d'autre à attendre.
Comment expliquer à son enfant
Qu’il n’aura pas la possibilité d'étudier ?

Les couvertures brûlent déjà,
Ici, personne ne passera.
Même réprimés,
Nos idéaux ne mourront pas.

Où sont les promesses
Des politiciens ?
Quand il y a des élections,
Pour les pauvres, il n’y a que la tromperie.

Je suis gréviste ! Je suis piquétiste !
Je réclame seulement ce travail d'incendie.
Du pain pour ma famille, c’ est ce que je veux.
Je suis piquétiste !
Parce que personne ne m'écoute, je vais me battre.
Parce que personne ne m'écoute, je vais me battre.

Les camionneurs sont là eux aussi
Pour réclamer leurs droits.
Notre combat est le leur,
et celui de beaucoup de gens.

Lutte et d'organisation !

Le fameux cri de la révolte argentine lancé aux politiciens « que se vayan todos » , « qu’ils s’en aillent tous », va s’exporter dans le monde entier, et notamment en Espagne, où il s’exprimera dans le beau slogan « Nos rêves ne tiennent pas dans leurs urnes ! ». « Nuestros Suenos NO Caben En Sus Urnas », c’est justement le titre d’une chanson du groupe Mentenguerra qui dénonce l’absurdité de la mascarade électorale dans un système qui refuse tout véritable choix et nous impose sa précarité, sa corruption et sa folie consommatrice.

On pourrait regretter que le mouvement des indignés français n’ai pas de slogan – et d’hymne – aussi offensif. On peut cependant signaler cette sympathique tentative, visant à donner du courage aux marcheurs du mouvement « Démocratie réelle maintenant ».

Le mouvement « Occupy Wall Street » ne semble pas non plus avoir trouvé son hymne. On peut certes dénicher quelques tentatives un peu artificielle ou un peu mollassonne, qui n’égaleront pas l’énergie d’une simple fanfare de rue, comme celle que nous vous proposons ci-dessous.

Nous terminerons ce rapide tour d’horizon par les chants de la révolution arabe. Ainsi ce titre du rappeur El Général qui anticipe la chute de Ben Ali :

Ou cette sympathique « Chanson officielle de la révolution tunisienne » qui rend si bien compte de la joie populaire :

Et enfin, en hommage au chanteur Ibrahim Qashoush, assassiné en juillet 2011 par le régime syrien, son titre « Bashar Dégage ! » repris par la foule de la ville de Hama en Syrie :

Une parenthèse sur les vieilles chansons de lutte anglaise et leur possible adaptation

Pour donner un écho aux récents soulèvements de Londres qui nous ont rappelé en cet été 2011, que certaines fièvres insurrectionnelles couvaient toujours dans le sein de la perfide Albion et se manifestaient avec la même fureur que par le passé, nous vous proposons une petite parenthèse dédiée aux vieilles chansons de luttes anglaises et à leur possible adaptation actuelle.

Le groupe punk/folk Chumbawanba leur a consacré un album intitulé « English Rebel Songs 1381-1984. »

Parmi celles-ci, on trouve évidemment des chansons consacrés aux « bêcheux » (diggers), ces paysans anglais communistes et anarchistes chrétiens, qui, d'après wikipédia, peuvent être considérés comme les premiers collectifs de squatteurs connus à ce jour. Ainsi, l'immortelle « Diggers' song » qui date de 1649, ici chantée a capella par Chumbawanda :

Démarre le lecteur pour écouter Diggers' song.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

« ... Mais la noblesse doit déchoir et les pauvres porter la couronne. Levez vous tous, maintenant bêcheux ! »

Une nouvelle version de la chanson des bêcheux intitulée « The World Turned Upside Down » (le monde à l'envers) a été écrite dans les années 1970. Elle est tout simplement magnifique du point de la mélodie comme du point de vue du texte. L'interprétation de la chanteuse de Chumbawanda ne gâche rien :

Démarre le lecteur pour écouter The World Turned Upside Down.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Nous avons tenté la traduction ci-dessous. Peut-être qu'on essayera plus tard de faire rimer tout ça en français :

Le Monde à l'envers

En 1649, sur la colline Saint George, une bande en guenilles, qu'ils ont appelé « les bêcheux », ont fait valoir la volonté de la population. Ils ont défié les propriétaires, ils ont défié les lois, eux les dépossédés, ils ont réclamé ce qui leur était dû.
Ils disaient : « Nous venons en paix pour bêcher et semer. Nous venons pour travailler la terre en commun, pour fertiliser la lande. De cette terre divisée, nous ferons un tout. De la sorte, il pourra exister un trésor commun pour tous. »
« Nous rejetons le péché de la propriété. Personne n'a le droit d'acheter ou de vendre la terre pour un gain privé. Par le vol et le meurtre, ils ont ravi la terre ; maintenant partout les murs se dressent sur leur ordre. »
« Ils font les lois qui nous enchaînent ; le clergé nous aveugle avec les cieux, ou nous condamne à l'enfer. Nous ne vénérons pas le dieu qu'ils servent : le dieu de la cupidité qui nourrit les riches tandis que les pauvres meurent de faim. »
« Nous travaillons, nous mangeons ensemble, nous n'avons pas besoin d'épées. Nous ne nous inclinerons pas devant les maîtres et ne payerons pas de rente aux seigneurs. Nous sommes des hommes libres même si nous sommes pauvres. Vous tous bêcheux, levez-vous pour la gloire, levez vous maintenant ! »
Les ordres sont venus des propriétaires : Ils ont envoyé les mercenaires et les cavaliers, pour anéantir la revendication des bêcheux. « Détruisez leurs maisons, rasez leur maïs ! » Les bêcheux ont été dispersé, mais leur vision demeure.
Vous les pauvres, prenez courage ! Vous les riches prenez garde ! Cette terre est un trésor commun à partager entre tous. Toutes choses sont communes, et le peuple est un.
« Nous venons en paix » disaient-ils quand l'ordre est venu de les abattre.

Nous recommandons également l'écoute de cette belle version de « The Bad Squire », une chanson de 1847 pour la défense des braconniers :

Démarre le lecteur pour écouter The Bad Squire.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

Les chansons anglaises traditionnelles évoquent également les « luddites » ces ouvriers anglais qui résistaient à l'introduction des machines et notamment des métiers à tisser et dont la lutte peut être rapprochée de celle des canuts lyonnais. La chanson de 1812 « The Triumph of General Ludd » leur est consacrée. Pour changer, nous vous en proposons la version vidéo d'un autre groupe, « The Fucking Buckaroos » qui nous la fait un peu dans le genre des Pogues :

Il y a bien d'autres chansons formidables sur l'album des Chumbawanda qui évoquent le combat pour le suffrage universel, les républicains irlandais, les grèves du début du 20ième siècle, la première guerre mondiale, ou encore les grèves des mineurs contre Thatcher (voir cette compilation ici et .).

En dehors de cet album, une autre de leur chanson, très entraînante, « Farewell To The Crown » (adieux à la couronne) débute par le meurtre d'un Lord par un braconnier, et se poursuit par une charge d'une réjouissante violence contre la monarchie, avec évocation des frasques nazies de la famille royale et la reine mère décrite comme « momifiée dans le gin et le rhum ». A écouter en revoyant les images du mariage de William et Cate !

Démarre le lecteur pour écouter Farewell To The Crown.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

L'histoire telle qu'elle nous est enseignée est pour une bonne part une histoire falsifiée. C'est l'histoire « des grands hommes », de leurs soi-disant conquêtes, de leurs dynasties. C'est l'histoire confisquée par les vainqueurs, par les conquérants, par les gouvernants qui ont transformé leurs crimes en haut faits, et forgé les mensonges nationalistes et religieux pour diviser leurs esclaves.

Heureusement par toutes ces chansons, des bribes de l'histoire réelle, des bribes de l'histoire des gens « ordinaires » nous sont parvenues. Elles sont le revers de la médaille des tyrans. Aussi, continuons à chanter les canuts, à chanter les luddites, à chanter les bêcheux, à chanter les jacqueries, à chanter les communards de la semaine sanglante, les insurgés de la Makhnovchina, les anarchistes espagnols, les zapatistes du Chiapas, les piqueteros argentins, les insurgés grecs, pour contrebalancer les mensonges et les silences des livres d'histoires et des médias.

Les vieilles chansons de luttes anglaises sont toujours, hélas, d'une brûlante actualité. Le problème de l'accès à la terre, à l'échelle de la planète toute entière, continue notamment de révéler toutes les injustices et tous les ravages de l'ordre marchand. Pour bien le confirmer, et l'illustrer plus localement, nous avons tenté une adaptation rimée de la chanson des bécheux. L'histoire récente du Pot'Col'Le à Dijon a pu guider cette adaptation, mais finalement, c'est dans d'innombrable lieux en France, en Europe ou dans le monde que de nouveaux « bêcheux » ou de nouveau maraîchers sont appelés à se lever.

Le tableau suivant présente les couplets originaux de la chanson des bêcheux, leur traduction, puis leur adaptation possible.

Couplets originaux Proposition de traduction Proposition d'adaptation (de certains couplets seulement)
You noble Diggers all, stand up now, stand up now,
You noble Diggers all, stand up now,
The wast land to maintain, seeing Cavaliers by name
Your digging does maintain, and persons all defame
Stand up now, stand up now.


Your houses they pull down, stand up now, stand up now,
Your houses they pull down, stand up now.
Your houses they pull down to fright your men in town
But the gentry must come down, and the poor shall wear the crown.
Stand up now, Diggers all.


With spades and hoes and plowes, stand up now, stand up now
With spades and hoes and plowes stand up now,
Your freedom to uphold, seeing Cavaliers are bold
To kill you if they could, and rights from you to hold.
Stand up now, Diggers all.


The gentrye are all round, stand up now, stand up now,
The gentrye are all round, stand up now.
The gentrye are all round, on each side they are found,
Theire wisdom's so profound, to cheat us of our ground
Stand up now, stand up now.


Theire self-will is theire law, stand up now, stand up now,
Theire self-will is theire law, stand up now.
Since tyranny came in they count it now no sin
To make a gaol a gin, to starve poor men therein.
Stand up now, Diggers all.


The club is all their law, stand up now, stand up now,
The club is all their law, stand up now.
The club is all their law to keep men in awe,
But they no vision saw to maintain such a law.
Stand up now, Diggers all.


The clergy they come in, stand up now, stand up now,
The clergy they come in, stand up now.
The clergy they come in, and say it is a sin
That we should now begin, our freedom for to win.
Stand up now, Diggers all.
The tithes they yet will have, stand up now, stand up now,

The lawyers they conjoyne, stand up now, stand up now,
The lawyers they conjoyne, stand up now,
To arrest you they advise, such fury they devise,
The devill in them lies, and hath blinded both their eyes.
Stand up now, stand up now.


The tithes they yet will have, stand up now.
The tithes they yet will have, and lawyers their fees crave,
And this they say is brave, to make the poor their slave.
Stand up now, Diggers all.


'Gainst lawyers and 'gainst Priests, stand up now, stand up now,
'Gainst lawyers and 'gainst Priests stand up now.
For tyrants they are both even flatt againnst their oath,
To grant us they are loath free meat and drink and cloth.
Stand up now, Diggers all.


To conquer them by love, come in now, come in now
To conquer them by love, come in now;
To conquer them by love, as it does you behove,
For hee is King above, noe power is like to love,
Glory heere, Diggers all.
Vous, tous nobles bêcheux, debout maintenant, levez-vous !
Vous tous nobles bêcheux, debout maintenant !
Les friches à cultiver sont surveillées par les soldats,
Pendant que vous bêchez, vous êtes diffamés.
Levez-vous maintenant ! Debout !



Ils détruisent vos maisons, debout maintenant, levez-vous !
Ils détruisent vos maisons, débout !
Ils détruisent vos maisons pour effrayer vos partisans en ville.
Mais la noblesse doit déchoir et les pauvres porter la couronne.
Levez-vous tous maintenant bêcheux !



Avec des pelles, des houes et des charrues, debout maintenant, levez-vous !
Avec des pelles, des houes et des charrues, debout maintenant !
Défendez votre liberté, voyez, les soldats sont acharnés,
Ils vous tueraient s'ils le pouvaient et vous refuseraient vos droits.
Levez-vous tous maintenant bêcheux !


La noblesse est partout, debout maintenant, levez-vous !
La noblesse est partout, debout maintenant !
La noblesse est partout, on la trouve de tout côté,
Sa sagesse est telle qu'elle veut nous spolier de notre terre.
Levez-vous tous maintenant bêcheux !


Leur volonté est la loi, debout maintenant, levez-vous !
Leur volonté est la loi, debout maintenant !
Depuis que la tyrannie est arrivée, maintenant pour eux ce n'est plus un péché
Que d'emprisonner et d'affamer les pauvres.
Levez-vous tous maintenant bêcheux !


Le bâton est leur seule loi, debout maintenant, levez-vous !
Le bâton est leur seule loi, debout maintenant !
Le bâton est leur seule loi, pour maintenir tous les pauvres dans l'effroi.
Mais ils n'ont aucune légitimité pour maintenir une telle loi.
Levez-vous tous maintenant bêcheux !


Ceux du clergé arrivent, debout maintenant, levez-vous !
Ceux du clergé arrivent debout maintenant !
Ceux du clergé arrivent et disent que c'est un péché
Que nous devrions maintenant commencer, pour gagner notre liberté.
Levez-vous tous maintenant bêcheux !


Les avocats les rejoignent, debout maintenant, levez-vous !
Les avocats les rejoignent, debout maintenant !
Ils demandent votre arrestation et provoquent la colère,
Le diable en eux est entré et les a aveuglés.
Levez-vous tous maintenant bêcheux !


La dîme, ils l'auront encore, debout maintenant, levez-vous !
La dîme, ils l'auront encore, debout maintenant !
La dîme, ils l'auront encore, et les avocats réclameront leurs frais,
Et tout ce qu'ils disent est bon, pour faire des pauvres leurs esclaves.
Levez-vous tous maintenant bêcheux !


Contre des avocats et contre les prêtres debout maintenant, levez-vous !
Contre des avocats et contre les prêtres debout maintenant !
Ils ouvrent pareillement pour les tyrans, même contre leurs serments
Et reconnaissent que la gratuité de la nourriture, de la boisson et des habits les répugne.
Levez-vous tous maintenant bêcheux !


Pour les vaincre par l'amour, venez maintenant, venez tous !
Pour les vaincre par l'amour, venez maintenant !
Pour les vaincre par l'amour, comme cela doit vous incomber,
Car il est un souverain plus élevé, aucun pouvoir n'est au dessus de l'amour !
Gloire à vous tous, bêcheux !
Vous tous les maraîchers, tenez bon, tenez bon,
Vous tous les maraîchers, tenez bon,
Quand vous revendiquez, la terre à défricher,
Les flics sont embusqués, ils se sont rapprochés,
Maraîchers, tenez bon !


Vous êtes diffamés, tenez bon, tenez bon !
Vous êtes diffamés, tenez bon !
Vous êtes diffamés, par la presse abîmés,
Les gens mal informés croient le lieu malfamé
Maraîchers, tenez bon !


Ils détruisent vos maisons, tenez bon, tenez bon,
Ils détruisent vos maisons tenez bon,
Ils détruisent les maisons, laissées à l'abandon
Menacent de prison, plutôt que d'en faire don,
Maraîchers, tenez bon !


De pelles et fourches armés, tenez bon, tenez bon,
Vous avez défilé, tenez bon,
Vous avez défilé, pour votre potager,
La foule rassemblée vous a encouragé,
Maraîchers, tenez bon !


La ville est quadrillée, tenez bon, tenez bon !
La ville est quadrillée, tenez bon !
Les flics vous tueraient, peut-être s'ils le pouvaient
Ils vous enfermeraient, les flics sont mauvais.
Maraîchers, tenez bon !


Le maire s'est réveillé, tenez bon, tenez bon !
Il veut tout planifier tenez bon !
Pour les riches blasé, faire des éco-quartiers,
Les pauvres sont chassés, à qui donc se fier ?
Maraîchers, tenez bon !


Le profit est leur loi, tenez bon, tenez bon !
Le profit est leur loi, tenez bon !
Le profit est leur loi, le partage hors la loi,
Tout l'argent qu'ils emploient, la misère déploie.
Maraîchers, tenez bon !


Les promoteurs arrivent, tenez bon, tenez bon !
Les promoteurs arrivent, tenez bon !
Ils gagnent leur pognon, en coulant leur béton
Ils volent même votre nom, pour parquer les moutons,
Maraîchers, tenez bon !












Ils accaparent les terres tenez bon, tenez bon !
Ils vendent l'eau et l'air, tenez bon !
De scrupules privés, avec rapacité,
Aux compagnies privées, ils bradent la cité,
Maraîchers tenez bon !







Reprendre en main sa vie, tenez bon, tenez bon !
Cela commence ici, tenez bon !
Et sans propriétaire, ressusciter la terre,
Pour l'aimer toute entière, d'un amour libertaire,
Maraîcher gloire à vous !

Finalement nous avons gardé 8 couplets pour l'adaptation finale proposée ci-dessous.

Vous tous les maraîchers, tenez bon, tenez bon,
Vous tous les maraîchers, tenez bon,
Quand vous revendiquez, la terre à défricher,
Les flics sont embusqués, ils se sont rapprochés,
Maraîchers, tenez bon !


De pelles et fourches armés, tenez bon, tenez bon,
Vous avez défilé, tenez bon,
Vous avez défilé, pour votre potager,
La foule rassemblée vous a encouragé,
Maraîchers, tenez bon !


Ils détruisent vos maisons, tenez bon, tenez bon,
Ils détruisent vos maisons tenez bon,
Ils détruisent les maisons, laissées à l'abandon
Menacent de prison, plutôt que d'en faire don,
Maraîchers, tenez bon !


Le maire s'est réveillé, tenez bon, tenez bon !
Il veut tout planifier tenez bon !
Pour les riches blasés, faire des éco-quartiers,
Les pauvres sont chassés, à qui donc se fier ?
Maraîchers, tenez bon !


Les promoteurs arrivent, tenez bon, tenez bon !
Les promoteurs arrivent, tenez bon !
Ils gagnent leur pognon, en coulant leur béton
Ils volent même votre nom, pour parquer les moutons,
Maraîchers, tenez bon !


Le profit est leur loi, tenez bon, tenez bon !
Le profit est leur loi, tenez bon !
Le profit est leur loi, le partage hors la loi,
Tout l'argent qu'ils emploient, la misère déploie.
Maraîchers, tenez bon !


Ils accaparent les terres tenez bon, tenez bon !
Ils vendent l'eau et l'air, tenez bon !
De scrupules privés, avec rapacité,
Aux compagnies privées, ils bradent la cité,
Maraîchers tenez bon !


Reprendre en main sa vie, tenez bon, tenez bon !
Cela commence ici, tenez bon !
Et sans propriétaire, ressusciter la terre,
Pour l'aimer toute entière, d'un amour libertaire,
Maraîcher gloire à vous !

Avec cette petite tentative a Capella...

Démarre le lecteur pour écouter Le chant des maraîchers.
N'hésite pas à cliquer 2 fois sur le bouton "play" pour que ça fonctionne !

... Et le petit PDF qui va bien.



Fais ta révolution avec Esprit68 !

Les contenus d’Esprit68, textes et images, sont utilisables par tous. Recopiez les, diffusez-les, transformez-les si vous le souhaitez… Nous vous demandons simplement de ne pas en faire d’utilisation commerciale sans autorisation.